Gérard Lison
écrit à

   


Tintin

     
   

Succession

    Cher Tintin,

Tout d'abord je te félicite pour ta grande vertu morale et ton sens de la fidélité et des valeurs.

Cependant, je dois dire que comme tout tintinophile hergéophobe, je trouve scandaleux que Hergé ait pu décider d'entraîner son fils (toi) avec lui si ce n'est dans la tombe, du moins dans l'oubli d'autant plus que cette décision égoïste n'a fait que du malheur autour d'elle.

Je t'invite à lire sur ce sujet les témoignages de monsieur J. Martin dans le site «Alix l'Intrépide» contenant une compilation des interviews sur sa collaboration avec les Studios Hergé et ton cher Hergé.

Après enquête, j'ai d'ailleurs découvert que Hergé n'a pas formellement indiqué dans son testament que tu devais cesser tes aventures mais que c'était à Fanny Rodwell de décider.

Ladite Fanny décida d'ailleurs dans un premier temps de confier la finalisation de l'Alph'art à Bob De Moor avant qu'un hergéophile spéculateur ne vienne en catastrophe lui «monter la tête» avec des histoires de «prestige», d'oeuvre immortelle, etc...

Du reste, il existe sur Internet une bonne demi-douzaine de versions finalisées de l'Alph'art qui circulent et j'en ai personnellement déjà lues deux.

Faudra-t-il donc vraiment attendre jusqu'en 2053 pour que des tâcherons (l'héritage technique des Studios Hergé étant perdu) s'échinent à reprendre tant bien que mal tes aventures?

Je t'aime Tintin mais le devoir des VRAIS amis est de dire la vérité aussi pénible soit-elle...
 

Bonjour Lison,

J'ai pris un certain temps à répondre à votre lettre et je m'en excuse. Toutefois, ce délai m'a permis de prendre un recul bénéfique et de vous offrir cette réponse «apaisée»…

Tout d'abord, j'ai l'audace d'affirmer qu'aucune personne vivante ne sait mieux que moi ce que souhaitait réellement Hergé. J'ai partagé son intimité pendant plus de 50 ans. J'étais à ses côtés dans les moments les plus sombres. J'ai entendu toutes ses confidences. J'ai assisté à ses plus grands bonheurs. Au risque de vous paraître prétentieux, j'affirmerai que lui et moi sommes à jamais indissociables.

J'ai la conviction qu'il m'a offert un cadeau exceptionnel: une vie virtuellement éternelle. Pour qu'il en soit ainsi, il savait, et je sais aussi, que je devais mourir un peu avec lui pour que nous restions un peu vivant ensemble…

En fait c'est une offrande exceptionnelle qu'il a faite à l'histoire et je sais, sans l'ombre d'un doute, que c'est exactement ce qu'il voulait!

Remercions-le tous ensemble!

Cordialement,

Tintin
 


Cher Tintin,

Tout d'abord on ne s'excuse pas soi-même, mais on présente ses excuses aux autres, ensuite je pense que la Moulinsart SA a su bien te faire la leçon pour te faire donner une réponse aussi stéréotypée. Moi, je suis encore jeune et j'attends avec délectation 2053 pour pouvoir lire la suite de tes aventures quand tu seras enfin redevenu toi-même, ce n'est qu'une question de temps. Le temps, j'en ai à revendre, moins que toi mais tout de même suffisamment. Du reste tu n'es pas une personne vivante, tu es une créature de papier qu'on peut susciter et détruire à volonté. Quarante-neuf ans, c'est tout de même long pour satisfaire le caprice d'un vieillard…


Bonjour,

Je ne répondrai pas à cette bravade. Je crois qu'il faut considérer votre lettre comme un point de vue. Un point c'est tout.

Salutations cordiales,

Tintin


Ça, c'est ta décision et je la partage!