La vertu
       

       
         
         

Steve Pelletier

      Cher Tintin,

Étant plus jeune, j'ai bien sûr lu chacune de tes aventures, 2 fois plutôt qu'une! À l'époque, tes aventures qui nous amenaient à l'autre bout du monde ou qui nous faisaient affronter les pires brigands me fascinaient. Aujourd'hui, ce qui me fascine, c'est plutôt la vertu dont tu faisais preuve, peu importe les circonstances. Jamais je ne t'ai vu perdre patience, te laisser gagner par la colère, souhaiter du mal à tes adversaires ou encore perdre courage. Les excès de joie, ce n'était pas ton fort non plus, si je me souviens bien...

Étant moi-même quelqu'un qui cherche à gérer ses émotions le mieux possible et à ne jamais m'emporter, j'aimerais savoir comment tu as réussi, à travers toutes ces années, à toujours garder le contrôle et ton sang froid. N'as-tu jamais eu envie de manquer de respect à la Castafiore, elle si extravagante, et toi si simple et discret? As-tu eu des moments difficiles?

Un admirateur
         
         

Tintin

      Bonjour,

Merci beaucoup pour ces compliments, c'est très flatteur! Ceci étant dit, il m'arrive à moi aussi de ne pas me contrôler tout à fait. Tu dis que "les excès de joie, ce n'était pas [mon] fort non plus". C'est juste, mais il m'est tout de même arrivé de m'emporter, par exemple lorsque j'ai percé le secret des parchemins du chevalier de Hadoque! De même, je n'ai pas pu m'empêcher de pleurer lorsque j'ai quitté Tchang à la fin de l'affaire du "Lotus bleu".

Je crois que le plus important, c'est avant tout d'avoir confiance en soi. Quand on a confiance en ses moyens, on trouve toujours un moyen de s'en sortir, car il y en a toujours un. Et puis il faut aussi faire confiance au destin qui place des branches pour vous retenir alors que vous tombez dans un précipice! Il est aussi important de respecter ses adversaires: Rastapopoulos est certes un bandit de la pire espèce, mais quand même un génie du mal! Quant à la Castafiore, je suppose que l'on s'y habitue... Elle a un grand talent et un caractère tout aussi imposant que sa personne, mais il faut l'accepter comme elle est, tout comme je me suis fait au tempérament du capitaine.

Cordialement,

Tintin