La consécration cinématographique
       

       
         
         

Denis Verlé

      Cher Tintin,

En tant que personnage unanimement reconnu dans le monde de l'édition et notamment de la bande dessinée, ne regrettez-vous pas de ne pas avoir encore connu une consécration cinématographique?

N'êtes-vous pas inquiet de savoir que le projet de porter à l'écran certaines de vos aventures dort depuis plusieurs années dans les cartons de Monsieur Spielberg?

Au plaisir de vous lire,

Denis Verlé
          
          

Tintin


 
Bonjour Denis,

Je me considère privilégié par la vie. À mes yeux, aucune consécration n’a d’importance, sauf celle de mon biographe, Monsieur Hergé.

Sur le plan cinématographique, le «Mystère de la Toison d’or»(1961) et «Les oranges bleues» (1964), furent des succès et les comédiens étaient convaincants. Sans parler de tous les dessins animés qui furent produits au cours des années. Je ne sais pas si Monsieur Spielberg peut faire mieux encore, mais j’ai davantage de curiosité que d’appréhension.

Mes aventures ont profité d’une visibilité exceptionnelle, partout dans le monde et, des années plus tard, la ferveur semble toujours là. Votre question sur le site de Dialogus en est une autre preuve.

Que pourrais-je demander de plus?

Cordialement,

Tintin