URGENT ET PERSONNEL
       

       
         
         

Maurice Favreliere

      Ambassade de Bordurie
L'Attaché militaire

À son excellence Monsieur le Capitaine HADDOCK

Capitaine,

Nous ne saurions tolérer plus longtemps que le nommé Lampion, agent des assurances MONDASS, continue d'insulter la nation sur le sol de laquelle il a le privilège de travailler.

Sans doute oublieux qu'un privilège peut être retiré à tout moment, cet énergumène ne cesse, selon nos informations, de prendre la paisible nation de Bordurie comme exemple du risque d'attentats qu'il dit pouvoir indemniser. Cela doit cesser.

Nous avons donc engagé une procédure d'expulsion.

Seule, désormais, une rencontre urgente à notre ambassade de Belgique permettrait, si vous consentez à engager votre parole d'officier, de résoudre ce litige.

Certain que la parole d'honneur des deux officiers que nous sommes permettra une solution loyale.


L'Attaché militaire.
Au nom de la Bordurie.
         
         

Tintin

      Monsieur l'attaché militaire,

Si ce bougre de Lampion a décidé d'aller sévir en Bordurie plutôt qu'à Moulinsart, je ne peux que m'en désoler pour vous et partager vos sentiments.

Je n'ai aucun contrôle sur les déplacements de cet énergumène et c'est plutôt à l'ambassade de Belgique en Bordurie que vous devriez vous adresser si ses polices d'assurances à la graisse de cabestan ou les blagues de son oncle Anatole menacent votre sécurité nationale.

Que cet anacoluthe soit expulsé de Bordurie, je ne saurais que m'en réjouir (en autant que ce n'est pas pour regagner Moulinsart!). Soyez assuré qu'en tant qu'officier je partage vos préoccupations et que vous pouvez compter sur mon aide pour mener à bien vos procédures contre M. Lampion.

Bien à vous,

capitaine Archibald Haddock