Vin rouge ou vin blanc
       

       
         
         

Agagne

      Socrates socrates

Est-ce bien toi? Non je ne crois pas, ou du moins trop de vin peut-être as-tu pris? Toutes ces perles de savoir que ces gens te quémandent, et toi de répondre comme un jeune lycéen plein de hargne et de moquerie. Où est le discours que tu peux tenir des heures durant? Où sont ton sens de la réplique et ton goût de la philosophie? Ô Socrate comme je ne te reconnais pas. Exprime-toi, aide le monde à évoluer par la philosophie, expose la tienne pour que le monde s'en forge une. Tout le monde a besoin d'exemple et tout le monde se doit d'enseigner. Pense à Aristote et Platon. Pense à tous les sophismes qui pullulent dans ce monde, tu te dois d'aider les gens, Socrate, libre penseur. Ton esprit a par ce site une fenêtre ouverte sur les gens, ne rate pas cette occasion. Bien qu'on puisse te lire, découvrir ta philosophie dans des livres (parchemins reliés), je crois qu'il est normal de te lire ici sur Internet (fabulation électronique). En passant je viens de lire ta réponse pour la passoire et j'ai le vague souvenir qu'une amie m'en a parlé, au moins corrige-moi si je me trompe: la
première c'est: «es-tu sûr que ce que tu as à me dire est vrai?» La deuxième: «est-ce utile que tu me dises ce que tu sais?» La troisième: «est-ce bien ce que tu vas me dire?» Bon bon, j'en ai assez écrit, je vais lire tes autres réponses, mais Socrate si c'est bien toi, arrête le vin et «philosophe» dans ces pages.

Un homme qui pense

 

       

 

       

Socrate

      Voilà un oiseau rare qui mérite qu'on lui jette du pain: un déçu. Un qui trouve que Socrate n'est pas à la hauteur de ses rêves. Un qui me cite des enfants vagissant comme des grands hommes: Platon, Aristote. Un qui est à la quête du sage, du grand penseur, et qui considère que le clochard aviné n'est pas de l'aréopage. Un qui voit clair les bons et les méchants: les philosophes et les sophistes. Mange bien, Beau Déçu, picore bien tout ce que tu trouveras à ma table, fourres-en même sous ta tunique. Tout ce que tu grapilleras, tu le mérites au quintuple, Fin Déçu à la mielleuse amertume, qui me crie mes faiblesses, mes limites, ma faillite.

Car tu as profondément compris Socrate.

Socrate