Vieillir
       

       
         
         

Shuutt_your_mouth

      Bonjour Socrate,

Cet été, je me suis fait raconter une histoire qui m'a fait beaucoup réfléchir. Elle parlait d'épis de blé d'Inde. Je vais te la raconter.

Il n'y a pas très longtemps vivait un paysan complètement dévoué à sa terre. Il n'avait pas de femme ni d'enfants. Sa principale préoccupation était ses épis de blé d'Inde. Il croyait que s'il augmentait sa récolte d'année en année, il pourrait nourrir tous les êtres vivants de la terre. Mais chaque année, un malheur survenait. Un vent trop fort ou une longue période de sécheresse ravageait sa moisson et celle-ci n 'était donc jamais assez grosse. Or, il eut l'idée de parler à Dieu. Le paysan expliqua à Dieu sa situation et manifesta son désir de nourrir tout le peuple de la terre. Dieu, étonné, fit un pacte avec lui. Dieu allait faire en sorte que jamais il n'y aurait de vent, de température trop basse, de sécheresse et d'insectes pendant un an. Ainsi, le maïs pourrait pousser en toute quiétude. Profitant de toutes ces conditions, le paysan travaillait jour et nuit avec acharnement. Il voulait que sa récolte fût plus grosse que jamais. La saison des récoltes arriva. Avec joie, le paysan récolta le premier épi de maïs de l'année. Il l'ouvrit mais à l'intérieur il n'y avait pas de maïs. Déconcerté, il en ouvrit un deuxième. Celui-ci était vide aussi. Il ne comprenait pas. Il demanda à Dieu des explications. Dieu lui fit remarquer que pour grandir, un maïs avait besoin de vaincre des épreuves.

Dans cette histoire, on peut comparer les épis de blé d'Inde aux êtres humains. Plus une personne est vieille et plus elle a vaincu des épreuves, plus on dit qu'elle est sage. Mais pourquoi sommes-nous obligés de passer à travers plusieurs émotions pour vieillir?

Un enfant qui ne veut pas vieillir
         
         

Socrate

      Nous vieillissons de toute façon, quoi qu'il advienne. Certains ont plus d'épreuves, d'autres moins. Et rien n'est exempt d'effort ou sans apport. Ainsi cette plante vidée de son contenu en grains par l'absence d'épreuve n'en était pas moins belle, ou odoriférante, ou plaisante, ou... surprenante.

Ce qu'elle a apporté au paysan de ta plaisante histoire et à toi et à moi n'était pas une nourriture pour le ventre...

Socrate