Un mot
       

       
         
         

Zapatou

      Certes.

Zapatou

 

       

 

       

Socrate

      C'est un peu hâtif... peut-être!

Socrate

 

       

 

       

Zapatou

      Pardonne mon goût pour le laconique, mais le bon sens de ta réponse m'a désarmé. Simplement, je parlais dans un autre «plan d'immanence», qui ne saisissait pas le problème politique. Je vais tenter de le définir: je parlais de l'origine (et non du fondement) de ta pensée. Bien sûr, les conséquences de ta pensée sont plus... conséquentes, et justes, en ce qui concerne les implications citoyennes, politiques. Mais je me questionne sur ce qui t'a poussé à penser cela.

Je reste attaché à la vigueur des pré-toi (les «pré-socratiques»: Héraclite, Parménide, Anaxagore- que tu satirises), même si leur pensée prêtait le flanc aux attaques des sophistes. Et je sais aussi que c'est toi (ou Platon?) qui les a défendus d'eux-mêmes contre ces sophistes. Mais (pardonne mon anachronique modernité, je saisis bien l'absurdité de la discussion) lorsque j'observe l'implacable sérénité avec laquelle Platon te fait parler, je ne peux m'empêcher de me dire que, dans une certaine mesure, tu as écarté la difficulté du monde (notamment le problème de la connaissance), l'altérité, l'étrangeté du monde pour te reposer sur la staticité du langage. Et ce refus de l'altérité, de ce qui ne rentre pas dans les catégories linguistiques me fait m'interroger sur la validité du mouvement qui t'a amené à la philosophie. N'y avait-il pas cette peur de l'autre?

Je saisis aussi la stupidité de ma remarque, qui confond l'origine psychologique et la teneur philosophique de ta pensée (mais cette confusion n'était-elle pas propre à ton époque?), et sa limite puisqu'elle consiste à t'incriminer avec des moyens conceptuels qui sont nés bien après ta mort.

Je te salue avec reconnaissance.

Zapatou
         
         

Socrate

      La seule remarque stupide ici est celle donnant la remarque précédente pour stupide. N'en donne pas trop au langage, Zapatou. Dans n'importe quelle langue, il y aura des Socrate. Ne les admire pas trop, ce serait les surestimer.

Socrate