f.saillen+bluewin.ch
écrit à

   


Socrate

     
   

Sens

    Monsieur,

J'aimerais savoir ce que vous pensez si je vous dis: «Je n'existe que par le sens que je donne à mon existence». D'avance un grand merci pour votre réponse.

Florence



Je pense: quel sens Florence donne-t-elle tant à son existence pour en faire une affaire pareille?

Socrate



Je ne sais pas. J'ai toujours pensé que, pour vivre, il était nécessaire d'y trouver un sens, car dans le cas contraire, notre condition n'aurait guère valu plus que celle des animaux, qui ne pensent pas et qui n'ont pas de conscience ni de pensée.

Pour moi, vivre sans donner un sens à son existence, c'est un peu manger deux énormes assiettes sans avoir faim du tout, d'où une certaine inutilité.

Florence

P.-S.: Une affaire pareille... vous en avez de ces mots, vous. Je ne suis pas en train de parler de ma prochaine visite chez le coiffeur, mais de mes problèmes existentiels, pardi!



Mais Florence, de quoi tiens-tu que le coq d'Esculape ne pense pas? Et de qui tiens-tu que tu ne peux pas tirer des extases de nature profondément existentielle d'une rencontre avec ton coiffeur?

Cela n'a pas de sens! Et si cela n'a pas de sens, comment ta vie en aurait-elle un?

Socrate



Parce que si les animaux pensaient, cela se saurait. Et je peux t'assurer que d'aller de temps à autre chez le coiffeur, ce n'est pas ce fait-là qui me donne matière à philosopher sur mon existence.

Alors non, Socrate, tout ceci n'a pas un sens particulier, à part l'entretien de soi, et c'est la raison pour laquelle je dis que si on ne trouve pas un sens précis à son existence, on n'existe pas vraiment. On existe, oui, dans le sens où on est un être qui respire, mange, dort et travaille, mais cela s'arrête là.

Florence



Voilà une affirmation qui, à défaut de signifier quelque chose de bien précis, a au moins la splendeur clinquante des certitudes fermes. Et le sens de ta propre vie, tu l'as donc trouvé?

Socrate



Devant ma prise de conscience de ce qui se passe autour de moi, aucun sens pour ma vie ne tient réellement la route. Je n'existe donc pas. Je pourrais vivre ou mourir, cela m'est complètement égal, je m'y suis résignée, à défaut d'y trouver un sens.

Florence



Et pourtant, tu existes. C'est ton raisonnement qui tombe en quenouille, pas ton existence...

Socrate



J'existe, mais je ne vis pas. Tu me l'as dit mille fois. Si exister veut dire se lever le matin, aller bosser, manger et dormir, oui j'existe. Pour le reste, je suis morte depuis bien longtemps.

Florence



Je n'ai jamais rien dit mille fois à qui que ce soit. J'ai la mémoire bien trop courte pour cela. Ah, moi aussi, depuis la défaite d'Athènes, je me sens bien affaissé.

Socrate



Je vois. Mais je n'aime désormais plus ces calembours des plus douteux. Merci de m'avoir donné quelques pistes, et longue vie à toi.

Florence