Savoir que l'on ne sait rien
       

       
         
         

tdi755

      Tout ce que je sais c'est que je ne sais rien

Cette assertion postulante m'a toujours agacé, et il faut la pousser au bout d'elle-même pour la finir «Tout ce que je sais c'est que je ne sais rien, et encore, c'est même pas sûr...» car je voudrais bien que tu m'expliques, Socrate, par quel miracle on pourrait justement savoir que l'on ne sait rien... mais pas le reste?

 

        


 

Socrate


 
Ton interprétation est bien trop fixiste et éléatique. D'où ton vain malaise. Replace cet aphorisme dans sa dynamique fluente initiale: il n'y a rien de su tant qu'il reste des choses à savoir. Il ne s'en dégage alors qu'un constat de l'infinité des choses à connaître, doublé de l'insatisfaction insatiable de celui qui cherche. C'est choquant, mais ce n'est plus vain.

Socrate


 



 

tdi755


 
Bonsoir Socrate,

Je t'ai écrit ça:
Tout ce que je sais c'est que je ne sais rien... Cette assertion postulante m'a toujours agacé, et il faut la pousser au bout d'elle-même pour la finir «Tout ce que je sais c'est que je ne sais rien, et encore, c'est même pas sûr...» car je voudrais bien que tu m'expliques, Socrate, par quel miracle on pourrait justement savoir que l'on ne sait rien... mais pas le reste?

Et tu m'as répondu ça:
Ton interprétation est bien trop fixiste et éléatique. D'où ton vain malaise. Replace cet aphorisme dans sa dynamique fluente initiale: il n'y a rien de su tant qu'il reste des choses à savoir. Il ne s'en dégage alors qu'un constat de l'infinité des choses à connaître, doublé de l'insatisfaction insatiable de celui qui cherche. C'est choquant, mais ce n'est plus vain.

Je comprends bien ce que tu me dis en soulignant que l'infinité des choses à connaître prévaut sur l'infime partie des choses effectivement connues, au point que cette infime partie peut être considérée comme rien ou néant. Ainsi puisque je ne sais pas tout, c'est que je ne sais rien.

Si tu tiens mon interprétation pour trop fixiste, ton développement me paraît à moi excessivement imprégné de devenir et finalement assez insolent du point de vue de l'être, qui je te l'accorde en a vu d'autres mais enfin tout de même. Regarde et dis-moi ce que tu penses, car je constate que tu tiens de façon inattendue «tout» et «infini» pour synonymes, n'est-ce pas? Ne me dis pas le contraire c'est ce que tu écris... Ainsi si l'aphorisme discuté est bien celui-ci: «Tout» ce que je sais c'est que je ne sais «rien», il te faut me laisser conclure et admettre avec moi que tu regardes «infini» est «rien» pour une seule et même chose, car tu ne peux connaître l'infini comme étant rien sans qu'il ne s'agisse d'une seule et même chose. Ainsi, en substituant dans l'affirmation ce que tu substitues toi-même dans ton courrier, nous entendons maintenant ceci: l'infini que je sais c'est que je ne sais rien. Alors dis-moi Socrate, l'infini et le néant sont-ils une seule et même chose ou bien l'aphorisme en question préfère la rumeur à la rigueur? :)


 



 

Socrate
 
J'ai une question moi-même, avant de répondre à la tienne. Qu'est-ce que la rigueur?

Socrate


 



 

tdi755


 
Bonsoir cher Socrate!

La rigueur est le rapport (asymptotique mais tendant malgré tout vers) entre la perception ou l'idée que j'ai d'une réalité et la réalité elle-même, réalité qui se passe complètement de la perception ou de l'idée que j'ai d'elle pour être ce qu'elle est. Ainsi la rigueur, en pratique, exige surtout de s'effacer devant la réalité, quelle qu'elle soit. J'ai, il n'y a pas très longtemps, expliqué à cet éternel dissipé peu enclin à la rigueur qu'est Sartre le «jugement d'existence» d'Aristote. Mais évidemment, tu n'as pas connu Aristote. Je crois que le texte est sur le site Dialogus, chez Sartre, titré «À chacun sa vérité». Mais, cher Socrate, je te remercie vraiment car j'apprécie ta question préalable de façon toute particulière. Je ne l'avais en effet jamais considérée comme tu viens aussi promptement que rigoureusement de l'asséner.