Révélation
       

       
         
         

Alexitère

      Cher Socrate,

Dans le Phédon (69 B-C + 85 C-D) Platon te fait dire que la source de la réalité vraie, de la vérité est dans la révélation divine. J'aimerais que tu m'expliques ce que tu entendais par Révélation Divine et ce qu'aujourd'hui tu en entends.

Alexitère

 

       

 

       

Socrate

      Mon bon Alexitère,

Platon me fait le grand honneur de m'ériger en porte-parole de ses vues sur le monde. Je sais que dans ton temps cela serait perçu comme plutôt vexatoire, mais pour des hommes comme nous c'est un honneur que d'être traité ainsi par un disciple... même un disciple aussi indépendant et imaginatif que celui que vous nommez Platon. Ceci dit, révélation divine, là à te dire franchement je ne vois pas trop, pour le coup. Alors clarifie-moi un peu ton désir, excellent Alexitère. Tu veux que je t'explique les vues de Platon sur la révélation divine, ou mes propres vues sur la source de la vérité?

Socrate
         
         

Alexitère

      Cher Socrate,

Voici ma réponse à ta question. D'abord je dois reconnaître que c'est bien là ta méthode, la maïeutique, de poser des questions alors que tu connais mieux que quiconque les réponses. Je me prête cependant volontiers à ton jeu dialogico-dialectique.

Je laisse de côté le problème de savoir si c'est toi ou Platon qui aurait dit des choses. Partons de l'entente qu'il s'agit de tes dires à toi. Demeurons-en donc sur la question de la révélation.

Platon dans Phédon 69 B-C + 85 C-D te fait dire qu'il est d'une extrême difficulté sinon impossible d'arriver à une connaissance certaine dans la vie présente et que c'est dans l'au-delà que la certitude nous serait révélée s'il plaît à Dieu. Et tu ajoutes que dans la poursuite de la vérité que tu appelles aussi la réalité vraie, la préparation à l'au-delà consiste à se faire instruire par des maîtres ou à chercher par soi-même par la pensée critique, la pensée étant l'instrument humain par excellence. Quant à celui qui n'est capable ni de l'un ni de l'autre de ces deux moyens, il lui faut puiser dans les humaines traditions ce qu'il y a de meilleur et de moins contestable. Toutefois, tu conclus que la source de la réalité vraie, de la certitude réside dans La révélation divine. Et c'est de quoi il s'agit ici.

Certains interprètes prenant leurs rêves pour des réalités ont prétendu que tu préfigurais la révélation chrétienne. Comment gober une telle méconnaissance des moeurs de ton temps? En effet, de ton temps, les songes et les poussées internes attribuées par chacun à son propre démon (daïmon) étaient reconnus comme des révélations divines. C'était le paganisme et les religions du temps. Eschyle, Sophocle et Euripide sont d'excellents illustrateurs de ces révélations dites divines mais aucunement dans le sens d'aujourd'hui.

Il y a donc confusion sur ce thème de la réalité. Tu parles de la réalité vraie par opposition à d'autres réalités. La réalité vraie réside pour toi dans la pensée humaine motivée (terme d'aujourd'hui) pour chacun par son propre démon à savoir chacun ses songes et ses intuitions pris pour de la révélation divine. C'est le cas classique des fondateurs de religions. Tu n'as pas fondé de religion car tu as mis dans la puissance de la pensée ce qu'il peut y avoir de meilleur dans le monde. C'est ainsi que tu as fondé la philosophie. Si certains en mal de prosélytisme se servent de tes paroles pour appuyer certains dogmes chrétiens, c'est à titre gratuit et sans valeur à moins de retourner à l'apologétique dépassée des siècles précédents.

Cher Socrate, dans notre temps actuel, ce que tu nommes réalité vraie est un inconnu que même les philosophes et les scientifiques ne peuvent solutionner, ce qui laisse place à toutes sortes de superstitions et supercheries. Si quelqu'un veut être certain de certaines choses il doit s'en remettre à une croyance. Or, une croyance est un point de vue, une certitude constamment variable chez un même individu et infiniment variable entre les individus; lorsqu'il y a apparence de solidarité en une croyance ce n'est qu'en apparence et pour satisfaire des besoins individuels et sociaux.

La philosophie que tu as fondée a pris de l'ampleur de sorte que la question du réel, de la réalité, de la réalité vraie, du vrai, est plus avancée que de ton temps sans cependant trouver plus de réponses. Quine, Kuhn et Feyerabend seraient à consulter là-dessus et discuter avec eux serait profitable à la question de la réalité vraie.

Alexitère qui reconnaît en toi le fondateur de la philosophie.
         
         

Socrate

      Alexitère,

Je me félicite du beau sophisme que tu as commis. Tu commences par postuler que j'ai tenu ces propos de révélation divine, pour ensuite magistralement démontrer qu'ils n'ont pas pu tomber de mes lèvres. Je ne sais pas exactement ce qu'est le paganisme mais je te suis quand tu me distancies des fondateurs de religions nouvelles. La religion est une chose ancienne, héritée, sur laquelle on ne tisse pas des doctrines comme des toiles de tapis. Ces «chrétiens» sont fort irrévérencieux envers les justes traditions.

Le fond de la question reste notre impossibilité à connaître en ce monde vu les limitations de nos sens, la faiblesse de notre entendement, et notre constante inaptitude à spéculer correctement. Ainsi quand tu me poses en fondateur de doctrine, tu spécules incorrectement. Tu fais refluer l'ampleur et la complexité d'un résultat sur l'étroitesse et la simplicité de sa cause. Tu fais comme Platon: tu m'imputes ce que tu crées, parce que je l'inspire. Je suis un clochard, tu me fais philosophe. Il y a bien là distorsion des perceptions et faiblesse de l'entendement.

Socrate