Mythe de l'androgyne
       

       
         
         

Jean-Baptiste

      Cher Socrate,

J'ai lu votre lettre destinée à Michèle mais je n'ai pas eu de quoi assouvir ma soif de connaissances à propos du mythe de l'androgyne. J'ai essayé de le trouver sur Internet mais mes efforts ont été inutiles. Aussi je vous demande de me le raconter, de m'en parler (avec votre accord bien sûr) pour que je puisse prendre débat sur l'amour et ses formes (même si quelque part, j'ai déjà pris débat sur ce sujet mais je manque encore d'informations et en particulier sur le mythe de l'androgyne).

Avec mes sincères salutations.

Jean-Baptiste

 

       

 

       

Socrate


 
Je ne sais quel mythe tu cherches, mais on me rapporte, pour ma part, l'histoire ancienne suivante:

Il a été donné à une personne, dont nous oublierons le nom pour ne pas trahir sa sexualité génitale d'origine, d'être homme en une portion de sa vie, et femme en une autre. Il lui fut ensuite demandé lequel des deux états suscitait le plus de jouissance physique. Notre personne répondit que pour une coupe de jouissance en homme, il s'en était déversé cent sur son être en femme. Il lui fut ensuite demandé lequel des deux états lui suscitait le plus de satisfaction philosophique. Il ou elle répondit que les terreurs et les joies niaises de son état de femme ne lui valaient en rien les vues larges, sereines et profondes de son état d'homme. On lui demanda alors ce qu'il ou elle choisissait d'être pour le restant de sa vie, et la réponse fut: androgyne.

Socrate