L'ignorance
       

       
         
         

Kevin

      Cher Socrate,
 
En observant le genre humain avec un peu de recul, je me suis rendu compte que l'ignorance est indissociable du bonheur. Où il y a du bonheur, si petit soit-il, il y a de l'ignorance. Je m'explique. N'est-il pas vrai que les personnes les plus heureuses sur Terre soient les enfants? Ces mêmes enfants sont, par le fait même, les personnes qui possèdent le moins de connaissances (en général, évidemment) et qui sont donc plus ignorants de la vie. Il en va de même pour les adeptes de la religion. La religion offre de belles opportunités de trouver les réponses à ses questions d'une manière facile et sans trop se préoccuper de penser trop loin. La foi, par exemple, ne peut exister sans un fondement d'ignorance. On ne peut croire en quelque chose qu'on sait qui existe.
 
Évidemment, je ne dis pas cela pour dénigrer les religieux, mais pour amener mon prochain point. Si l'ignorance est indissociable du bonheur, est-ce que la connaissance éloigne du bonheur? Autrement dit, est-ce que le fait de penser, donc de chercher la connaissance, nous empêcherait d'une certaine manière d'atteindre le bonheur que l'on espère atteindre en cherchant cette connaissance? Si oui, le fait de philosopher nous écarterait-il de notre quête de bonheur?
 
J'aimerais avoir votre avis sur ce sujet, si vous n'y voyez pas d'inconvénient, bien sûr. Au plaisir de lire votre réponse et d'en tirer des leçons.
 
Kevin

 

        


 

Socrate


 
Tu vois les enfants plus heureux qu'ils ne sont. Les enfants souffrent de leur dépendance, se croient toujours la cause de tous les maux de leurs parents, et rongent leur frein de ne pouvoir participer aux activités régulières de la Polis. Seule la connaissance les rassérène et leur donne le détachement requis face à tout ce qui leur paraît initialement gigantesque, fantastique, mystérieux, et d'un merveilleux illusoire.

L'être humain de ce point de vue, est un grand enfant. Fonder son bonheur dans son ignorance, c'est le méconnaître.

Socrate