Florence
écrit à

   


Socrate

     
   

Le silence face aux questions

    Cher Socrate, cher Maître

Je reviens à toi, te souviens-tu de nos dialogues précédents?

Si je t'écris aujourd'hui c'est pour te dire ceci. A mesure que le temps passe, je n'arrive plus à me poser toutes ces questions que je me posais jadis. Et je crois maintenant qu'à toutes ces interrogations, seul le silence peut faire face. Car plutôt que d'ouvrir la bouche et d'expliquer ce que je pense, ce que je ressens, je sais que le silence prévaudra, parce que parler, en fin de compte, ne sert à rien. Je n'ai plus de plaisir à parler. On naît seul, et on mourra seul, finalement. A quoi bon chercher?

Que penses-tu de cela?

Florence



«Te souviens-tu de nos dialogues précédents? A quoi bon chercher? Que penses-tu de cela?» Voilà des questions fort profondes pour celle qui se donne comme ayant renoncé à questionner... Là où tu te fabriques un déni dépité et acerbe de ton questionnement, je vois son approfondissement, son dépouillement, son accession à l'essentiel...

Socrate



Son accession à l'essentiel?

C'est comme cela que tu appelles ce sentiment d'impuissance et d'inutilité qui m'habite? Ce sentiment qui dit que les mots n'ont plus le pouvoir d'exprimer la réalité?

Oui, Socrate, tu as peut-être raison en fin de compte. Même très probablement, mais dis-moi Maître, je vais où exactement, sachant cela? Car il faut pouvoir faire face à ce dépouillement dont tu parles, et trop souvent je me sens seule face à cela, parce que personne ne peut comprendre, s'il ne passe pas par le même chemin.

Comme j'envie votre aplomb, votre aisance, votre sans-gêne et votre liberté, à vous, les philosophes grecs. Comme je peux me sentir en prison dans ma société! Tu es un exemple pour moi! Et l'idée et le fait de connaître ta vie et comment tu l'as menée, me donnent une force pour continuer à marcher sur ma propre voie. Merci.

Je te salue et m'incline.

Florence



Eh bien voilà, Florence, tu n'es pas seule dans ta quête finalement. Les philosophes grecs t'accompagnent.

Et des philosophes grecs, il y en a bel et bien partout, dans tous les pays et de tout temps. C'est une sorte de folle diaspora. Et sache qu'ils sont comme les vérités fichées dans les éructations de la Pythie de Delphes. Il faut quand même un petit peu... savoir les trouver.

Alors dis-moi: tu vas où exactement maintenant, sachant cela?

Socrate



Trouverai-je un jour la réponse? D'ailleurs, y a-t-il nécessairement une réponse à trouver? Je crois finalement que non. Quel que soit notre chemin de vie, nos réflexions, les questions surgiront sans cesse, et le cycle n'aura pas de fin. Seule notre finitude y mettra définitivement un terme. Et l'important est de pouvoir un jour l'accepter.

Mes hommages et mon respect, Socrate, mon Maître à penser.

Florence



N'oublie jamais de transgresser ton fameux maître.

Socrate



Il n'y a rien à transgresser chez toi Socrate.

Un homme qui prêche qu'il ne faut pas rendre le mal pour le mal, l'injustice par l'injustice... a tout compris. Un homme qui ne se targue pas de tout savoir et qui dit au contraire qu'il ne sait rien est digne de mon respect. Et il y aurait encore beaucoup d'exemples comme cela, mais cela concerne surtout ton futur, et je ne peux t'en parler ici. Sache en tout cas que ton attitude à la fin de ta vie me rend admirative.

Mais rassure-toi, je ne fais de personne mon idole. Je fais de toi un exemple, il y a une différence.

Vois-tu un élément que je devrais transgresser chez toi, Maître?

Florence



Le rapport de la disciple à son maître. Si tu t'intéresses tant à ma volonté, entend qu'il n'y est pas conforme. La nature même de ce rapport corrode mon programme philosophique. Pense cette question à sa racine, Florence, et tu verras le chemin qu'il te reste à faire. Qu'il nous reste à faire à tous les deux...

Socrate (qui, en fait, se devra de mourir pour mériter)



Je vais sûrement te paraître stupide, mais je ne comprends pas en quoi mon rapport avec toi n'est pas conforme et pourquoi je devrais le transgresser. Moi j'ai besoin d'un maître à penser, sinon je n'ai plus de repères, et ma vie tombe dans le néant. Alors, c'est quoi, ta volonté au juste, j'ai dû louper un chapitre? Je sais qu'il me reste un bout de chemin à faire, (oh pas très long à ce que je sais, mais ça me suffira) mais j'essaierai de le suivre au mieux.

Et puis, pourquoi dans ta signature tu mets que tu devras mourir pour mériter? C'est faux. Tu es un sage homme et ce n'est pas ta mort qui te rendra plus sage encore! Au mieux, elle te rendra éternel aux yeux des générations qui suivront...

Toi, Socrate, noble accoucheur des esprits, je t'écoute. Ton précédent message noie ce que tu veux me dire avec des sous-entendus que j'ai peine à comprendre... Aide-moi à éclaircir tout cela! (si notre conversation t'apporte également, bien entendu)

Mes respects, Maître

Florence



Aide-toi toi-même, Florence, seule et unique Maîtresse de Florence... Écris-le, ce chapitre que tu crois avoir manqué. Il est déjà là.

Socrate (vivant)