Le sens de ta mort
       

       
         
         

Joseph

      Bonjour Socrate!

C'est la première lettre que j'envoie à un être illustre de ce site.

Tu as déjà dit à un de tes disciples je crois: «Connais-toi toi-même!». Qu'est-ce que tu as voulu lui signifier précisément?

Les dignitaires de ta ville t'ont condamné à boire la ciguë. Pourquoi l'as-tu fait au lieu de fuir cette ville? Et puis la dernière phrase que tu as dite avant de t'empoisonner: «tu iras sacrifier un coq à Esculape» ou quelque chose comme cela, tu voulais signifier quoi au juste?

Au plaisir de te lire Socrate même si tu n'as pas laissé d'écriture de ton vivant.

Joseph

 

       

 

       

Socrate

      La majorité des événements que tu rapportes sont futurs pour moi. Mais j'approuve ma dernière phrase, car il faut respecter les traditions, surtout dans les moments graves. D'autre part un vrai hoplite ne fuit pas le conflit, et une condamnation est le plus cuisant des conflits, car elle engage toute la polis contre un seul homme. Quant à l'impérieuse nécessité de se connaître soi-même, je te dois beaucoup en l'occurrence en ce moment même, car j'ai beaucoup appris sur Socrate à la lumière des révélations que tu me fais ici. Sois-en remercié.

Socrate