L'écriture
       

       
         
         

Adonis

      Bonjour Socrate!

Vous me corrigerez si je me trompe mais je crois que vous avez dit être contre l'écriture car elle suggère une façon de penser alors qu'on ne devrait pas être influencé et se former soi-même, à l'aide de la raison des réponses à nos questions. Si je ne me suis pas trompé, je suis d'accord avec vous car de toute façon aucune idée ne doit être immuable mais près de deux mille cinq cent ans après vous je peux dire que ce sont les écrits des différents philosophes (les philosophes sont ceux qui pensent de façon rationnelle, comme vous) que je me suis rendu compte qu'au fond, des idées aussi sensées les unes que les autres se contredisent et que finalement tout se vaut et tout vaut rien, ce qui revient à dire que la seule connaissance qui vaille la peine c'est celle de savoir à quel point nous sommes insignifiants. C'est donc deux millénaires après votre mort que ce que vous avez tenté de faire toute votre vie se réalise à petit feu et devinez quoi... à cause de l'écriture. C'est donc à cause de l'écriture que quelques hommes du futur dont moi comprennent à quel point ils sont ignorants, même ma propre langue n'est pas écrite sans faute de ma main même si cela est supposé faire partie de nos infimes connaissances qui ne servent à rien par rapport à la Vérité. Ma question est la suivante: seriez-vous déçu d'apprendre que votre élève a écrit une bonne partie de vos discussions avec des ignorants qui s'ignorent et qu'ainsi des générations d'humains suivent votre exemple?
         
         

Socrate

      Tous ces symboles et toute cette machinerie me démontrent qu'écriture ça ne veut pas dire la même chose pour toi et pour moi. On me rapporte qu'un confrère de Dialogus, un dramaturge fameux du millénaire qui précéda le vôtre, un certain Molière, avait la dent très dure contre les médecins et contre la médecine. Sur le coup, cela étonne, mais il faut s'arrêter pour voir les incompétents moyenâgeux qui se penchaient à son chevet en débitant des sornettes scolastiques qui ne chassaient pas les malaises.

Les écrivassiers de mon temps sont de cet ordre. Comme votre Molière avec ses médecins je déplore chez le plumitif local sa posture, son attitude roide, dogmatique, faussement savante, arrogante et monologuale, son refus du débat verbal, sa certitude en sa rhétorique fixe. Mais, nous le prouvons en ce moment même, ton époque s'est approprié une réalité inconcevable pour mes contemporains: le dialogue écrit rapide et spontané. Je ne peux pas vraiment m'en prendre aux symboles scribouillés de toute éternité si maintenant l'ignorant les mobilise pour savoir, le fou pour rêver, l'enfant pour rire, et les amants pour se parler furtivement quand ils sont à distance. 

Comme Molière doit laisser en paix les médecins de ton temps s'ils soignent, je dois assumer que mes vues sur l'action des scribes sont inscrites elles aussi dans mon temps. Il faut bien dire que toutes les époques se valent. Pas toutes les connaissances, par contre, et j'hésite fortement, Guillaume, à t'accompagner dans tes conclusions cyniques sur les vertus de la quête du savoir.

Socrate


 



 

Adonis


 
Les médecins de l'an deux mille soignent et les écrivains de l'an 2000 sont tout aussi irréfléchis qu'à votre époque. Par contre, je suis d'avis que c'est la valeur historique des écrits qui la rend si belle. Certes, les scribes de votre époque écrivaient peut-être des choses insensées. Par contre, votre disciple, Platon, qui a mis sur papier vos thèses, a permis de vous faire connaître à travers les millénaires (et ce n'est pas fini). Ce n'est pourtant pas un écrivain contemporain (pour moi). D'un autre côté, je vous invite à faire vos recherches sur Internet et à regarder un peu les choses qu'écrivent les artistes de mon temps, ce n'est pas rose non plus. J'ai été surpris de voir que vous connaissiez les cyniques, peut-être pourrez-vous me parler aussi de Diogène qui, à mon avis, a une thèse qui se rapproche de la vôtre. Peut-être changerez-vous le cours de l'histoire, à force de DIALOGUER avec les gens des années futures. Passez une joyeuse année je ne sais trop laquelle.

Adonis


 



 

Socrate


 
Je ne sais pas lire, mon beau Adonis. Mais je sais écouter.

Socrate


 



 

Adonis


 
J'ai réfléchi bien longtemps à vos paroles, cher Socrate, et je n'ai pu en déchiffrer le sens. Au sens propre, c'est ridicule puisque nous dialoguons à l'aide d'un clavier alphabétique. Au sens figuré... est-ce là un signe que la personne qui se cache derrière Socrate est à court d'idées? Peu importe, je vous demande simplement d'être un peu moins figuré ou un peu plus concret s'il vous plaît.

Au plaisir.
Adonis


 



 

Socrate


 
La personne qui se cache derrière Socrate est à court d'idées depuis toujours. Elle se nomme: Socrate. C'est à toi de fournir les idées. Telle est la loi de lin de la maïeutique. Et rien ne rompt le toron de lin, cher Adonis.

Ton Socrate