La théorie et la pratique
       

       
         
         

Alexandre

      Socrate,

J'aimerais aujourd'hui te poser une question face à ton attitude. Lors des nombreuses discussions et entretiens sur l'Agora, il ne doit pas être rare que tu puisses arriver à différentes conclusions sur différents sujets. Alors même que la constatation semble alors évidente, t'arrive-t-il cependant, parfois de ne pas suivre la voie que cette dernière t'ouvre. Par exemple, tu as déjà atteint la conclusion que l'homme ne pourra jamais atteindre avant longtemps la vérité ultime (je ne sais qu'une chose, c'est que je ne sais rien), dès lors, tu en es venu à la conclusion que l'homme se devait d'au moins tenter d'atteindre cette dernière vérité. Bref, t'arrive-t-il parfois de te refuser d'agir en fonction de tes découvertes, de te refuser de croire en une de tes constatations rationnelles et logiques, même si tu sais qu'elle est vérité (Oui, je sais que tu ne sais rien, mais bon, je crois que tu comprends tout de même le sens de ma question:)

Merci encore une fois

Alexandre

 

       

 

       

Socrate

      Mon beau Alexandre,

Je suis admiratif face à la fine qualité maïeutique de ta question, car tu y inclus la plus belle des réponses. Je sais que la complétude du moindre savoir est inaccessible, et pourtant je n'en renonce pas pour autant à tout connaître. Mais que je te titille en te présentant un autre exemple. Je me suis déjà trouvé impliqué dans une confrontation oratoire avec un très beau mirliflore sur le sujet de la beauté physique. J'étais perdu d'avance. Moi si laid, je devais démontrer par raisonnement que ma beauté était supérieure à celle de mon magnifique adversaire. Les applaudissements de l'agora devaient sceller le sort du vainqueur et du vaincu. J'ai perdu, mais je me suis battu comme un vrai hoplite. Il est évident qu'en m'engageant dans une telle amusette, je marchais froidement à l'encontre du plat constat empirique que je fais chaque fois que je me penche sur la moindre flaque. Mais j'ai mené cette joute à contre-courant, parce que la défaite oratoire a ceci de distinct de la défaite militaire qu'elle renforce le vaincu autant que le vainqueur, et incite les témoins à des réflexions inattendues plutot qu'à de folles et futiles terreurs.

Socrate