Léa
écrit à

   


Socrate

     
   

La place des femmes dans la société

    Vous dites :

«J'ai demandé aux autres de vos semblables, qui me bousculent parce que je considère la femme inférieure, de bien vouloir me présenter leurs arguments égalitaristes. Elles ne sont pas revenues échanger avec moi. Elles m'ont laissé dans le noir. Et ce genre d'air «supérieur» ne m'a guère instruit. Alors dites-moi comment la femme, petite, faible, folâtre, irrationnelle, enfantine, babillarde, inapte à la guerre et aux affaires de l'agora peut-elle se prétendre l'égale de l'homme. Je ne vois tout simplement pas.»

Je suis moi-même une jeune fille et je suis prête à relever le défi de convaincre «Socrate» que les femmes sont les égales des hommes (attention, ils sont tout de même très différents.) Je peux comprendre que l'égalité entre les deux n'a pas toujours été et que cette idée de l'égalité vous semble aussi curieuse que celle de l'inégalité pour moi.

Lorsque vous parlez des défauts des femmes, en fait, je crois qu'ils peuvent être des défauts ou des «chaînes» dans un type de société (peut-être celle de votre époque) mais qu’en ce moment, à l'endroit où je vis, il est même plus probable que ce soit les défauts des hommes (parce qu'ils ont eux aussi des caractéristiques communes) qui font qu'ils auront une place plutôt inférieure dans la société dans quelques années (parce que les femmes s'instruisent sans aucun doute plus que les hommes dans ma société).

La cité de votre époque est une cité ou l'on ne donnait pas l'occasion aux femmes de s'exprimer dans l'Agora, voilà tout (parce qu'elles s'occupaient plutôt des affaires de la vie privée).

Enfin, j'ai plusieurs autres arguments mais j'attendrai les vôtres et j'ai bien hâte de voir si vous userez de cette manière toute particulière que vous avez d'argumenter.

Léa



Enfin une femme du futur se décide à daigner m'expliquer ce grand mystère. Je retiens de vos observations qu'en votre temps lointain, les femmes ne s'occuperont plus des questions de la sphère privée et qu'elles interviendront sur l'agora.

Pardonnez-moi de vous poser une question qui vous semblera jaillir de l'obscurantisme du plus bourru des ilotes mais: comment cela est-il simplement possible?

Socrate