mlnie+wanadoo.fr
écrit à

   


Socrate

     
   

La peur du temps qui passe

   

Très cher Socrate. Je voudrais savoir quel regard vous portez sur la mort, et plus précisément, sur le temps qui passe?

Mélanie


La mort et le temps qui passe sont deux choses parfaitement distinctes. Sur laquelle me questionnes-tu vraiment, Mélanie?

Socrate


Dans ce cas, j'aimerais savoir ce que vous pensez du temps qui passe, pourquoi en a-t-on si peur? Peut-on ne pas en avoir peur, et comment? Avez-vous peur du temps?


Non. J'ai perdu ce genre de peur pendant mon service comme hoplite lors de la guerre du Péloponnèse. Ne ressentent ces angoisses que ceux qui n'ont pas été cassés au contact des dangers réels.

Socrate


De dangers réels? Vous ne considérez pas le temps comme tel?

Pourtant, même une guerre ne lui résiste pas. Et mourir dans un combat, surtout lorsqu'on lutte pour une cause, n'est-ce pas mourir sans angoisse, avec le sentiment d'avoir fait ce qu'il fallait?

Pensez-vous accomplir ou avoir accompli des choses éternelles? Pensez-vous laisser quelque chose à la postérité, pour ne pas avoir peur que le temps vous prenne? Ou bien considérez-vous l'existence différemment?

Si la vie n'a pas grande importance, il est forcément plus facile de la laisser passer avec le temps. Éclairez-moi plus, s'il vous plaît, je ne vous comprends pas bien. Développez, j'ai besoin d'être instruite.

Mélanie


Relis attentivement ton texte, Mélanie. C'est lui que j'ai laissé à la postérité...

Socrate


Merci.