Julia
écrit à

   


Socrate

     
   

Exposé

    Mon cher Socrate ou Soso si je peux te considérer comme un intime!

Je voulais te demander de l'aide... Pourquoi ai-je donc un exposé à faire pour dans une semaine sur toi? Si tu pouvais éventuellement m'aider (ou me le faire) cela me serait d'un grand soutien! Je rêve de connaître ta vie...

Une admiratrice, Julia, 15 ans, qui fait du grec ancien



Julia,

Je ne vais pas te le faire et ce, à la fois à cause de ma conception de la maïeutique et de la justice. Cela doit venir de toi dans les deux cas, parce que le jaillissement interne de la connaissance est un impératif philosophique (assumons la maïeutique) autant qu'un devoir formel (respectons la justice de la Polis et de ses écoles).

Mais la question cruciale ici, c'est toi qui la poses: pourquoi as-tu donc un pensum à faire sur moi? Moi, badin, anodin, qui n'ai certainement pas demandé de t'infliger cette scie scolaire à 26 siècles de distance. Je pense de plus en plus que c'est en fait la faute de Platon. Il a raconté toutes sortes de trucs-machins sapientaux en me les imputant et il nous a imposé à tous les deux la plus distendue des pérennités socratiques imaginables. Je suis par conséquent entré de plein pied au panthéon de la culture universelle, et te voici piégée pour me gloser au mieux. Sois assurée que j'en suis bien marri.

Bon courage quand même,

Socrate