Dans mes bras!
       

       
         
         

Loïc LeMesnil

      Dans mes bras! Je suis si heureux de rencontrer mon égal, mon frère de sang et de neurones. Le grand penseur qui a compris que l'Aristocratisme est l'exclusive voie politico-sociale. Les démago-crates sont des trublions et des tricheurs, mais ces nuées heurteront leurs crânes creux sur ton buste de pierre. Ô Socrate.

Dis-moi un peu, cette maïeutique, c'est du pipi de chat! Tu n'y croyais pas vraiment, n'est-ce pas? Il fallait composer avec la plèbe... C'est cela?

Loïc LeMesnil

 

       

 

       

Socrate

      andri Loïc!

Me permettez-vous de commenter votre message en vous donnant ma pensée propre? Merci..

«Dans mes bras! Je suis si heureux de rencontrer mon égal, mon frère de sang et de neurones.»

Ma ton Dia (Par Zeus!!), voilà que j'ai un frère d'âme..! Quelle heureuse nouvelle! Vous semblez cependant avoir beaucoup de certitude en ce qui concerne la manière de diriger un État. Je ne sais où vous avez appris que l'Aristocratisme était la voie politico-sociale exclusive, mais en tout cas, cela ne vient pas de moi.

Certes, l'aristocratisme semble extrêmement juste, étant donné que dans ce cas, ce sont les aristoï, c'est-à-dire les meilleurs, qui gouverneraient. Mais alors, ne serait-ce plus que le pouvoir d'un petit nombre de gens? Cette belle DEMOcratie athénienne ne se transformerait-elle pas en oligarchie? L'oligarchie n'a-t-elle pas toujours mené l'Homme à la tyrannie? La démocratie a toujours pris soin d'éviter cela.

Par ailleurs, démocratie ne rime pas avec «démago-cratie» (ce néologisme me plaît beaucoup par ailleurs). Est-ce une façon de gouverner un peuple en le leurrant? en lui faisant croire des choses qu'il n'aura jamais? Certes, non! Ce ne serait que chercher l'intérêt personnel et non celui de tous.

«Dis-moi un peu, cette maïeutique, c'est du pipi de chat! Tu n'y croyais pas vraiment, n'est ce pas?» Avez-vous quelque chose à reprocher à ma maïeutique? Auriez-vous des arguments objectifs pour me prouver que cette méthode d'extraction du savoir inconscient de l'être ressemble à un liquide jaunâtre puant?

«Il fallait composer avec la plèbe... C'est cela?» Plèbe? Mais qu'est-ce? À Athènes, je connais beaucoup d'assemblées mais point celle-là.

Votre Serviteur,
Socrate

 

       

 

       

Loïc LeMesnil

      Enfin mon ami, mon frère, mon alter ego, mon second moi-même, tu as beau presser les disciples et les niais comme des agrumes, tu n'en tireras jamais de la sagesse! Celle-ci descend, mais ne monte pas. Pourquoi leur faire croire qu'ils ont dans l'amphore ce que tu y as toi-même subrepticement déversé. Ça se voulait une forme de thérapeutique? Ou un style antique de modestie? Tu cherchais à ne pas leur asséner ton ointe supériorité?

Loic LeMesnil

 

       

 

       

Socrate

      Je ne tire pas des gens la sagesse, comme on tire les vers du nez de quelqu'un. Mon but est surtout de leur faire connaître leur MOI! Et cela, je pense qu'il n'y a qu'eux qui le possèdent. Enfin, si vous, vous ne possédez de Moi, vous ne devriez pas être grand chose. Ce Moi est enfoui dans chaque être et j'aide, telle une sage-femme, mes disciples ainsi que les «niais», comme vous le dites, à faire surgir leur Moi, leur vraie personnalité, afin qu'ils ne pensent plus par procuration, ni ne pensent être ce qu'ils ne sont pas. Ils prennent alors conscience de leur être. Par exemple, vous, vous n'êtes pas moi! Vous êtes votre propre moi et non mon moi à moi! Par ailleurs, de quel droit me posez-vous comme un de vos moi?

De plus, je ne risque pas de déverser quoi que ce soit dans «l'amphore de ces agrumes» étant donné que je n'ai rien à y déverser... je ne sais rien. Je ne dis pas cela par modestie, mais par connaissance de mon Moi tout simplement! Je ne me considère pas comme supérieur aux autres non plus, étant donné que je ne sais rien. Ma seule différence avec eux, c'est que j'en ai conscience. Cela ne fait pas pour autant de moi un être supérieur ou quoi que ce soit.

Et vous très cher Loïc, vous connaissez-vous vous-même?

Socrate