Connais-toi toi-même (5)
       

       
         
         

Hélène

      Bonjour,

Je me présente, je m'appelle Hélène. Je suis actuellement en TS. Je me retrouve confrontée à mon premier sujet de dissertation de philosophie qui est le suivant:

«Connais-toi toi-même.»
À quels obstacles se heurte cette exigence?

J'avoue que je suis un peu déroutée. J'ai cherché mon chemin comme j'ai pu, mais j'ai l'impression que je tourne en rond et/ou que je ne traite qu'une partie du sujet. Je me heurte moi-même à des obstacles, ne sachant pas trop comment m'y prendre. Je me demande entre autres si je dois baser ma dissert juste sur la réponse à cette question ou si au contraire je dois élargir le sujet. Je n'arrive pas non plus à formuler ma problématique de façon à ce que mes parties s'enchaînent convenablement.

Pour l'instant, j'envisage de faire une première partie sur ce que signifie «se connaître soi-même», ou peut-être simplement «se connaître». Une deuxième serait consacrée à répondre à la question elle-même, et enfin une dernière pourrait éventuellement déterminer les façons de contourner les obstacles (car je suppose qu'ils doivent pouvoir être contournés). De plus j'ai remarqué que le sujet laisse sous-entendre qu'on ne peut pas réellement se connaître.

Pour la première partie, j'ai quelques pistes, «se connaître» = connaître ses limites, connaître son caractère, connaître ses envies, ses peurs, sa façon de réagir devant telle ou telle situation, bref pouvoir prévoir ce que l'on fera. Cependant, cela contredit Sartre, qui écrit que l'homme est un projet perpétuel, ou quelque chose comme ça. Déjà, je coince ici. Dans ma deuxième partie, j'ai trouvé à proprement parler deux ou trois obstacles: tout d'abord, l'obstacle «matériel», à savoir comment faire pour se connaître nous-mêmes, quels moyens utiliser. Ensuite, et on peut peut-être le rattacher à celui qui précède, le fait qu'on ne peut se connaître tout seul, et que, comme le pense Sartre, autrui est nécessaire. Ici, je coince aussi, parce que je ne suis pas d'accord avec ce qu'on a étudié sur Sartre. Lui dit que, dans chacune de nos actions, on se ment à nous-mêmes aux autres. C'est ce qu'il appelle la mauvaise foi. Dans ce cas, je me dis que le regard et le jugement d'autrui sont erronés étant donné que ce que l'on montre n'est pas nous-mêmes... Le troisième obstacle serait plutôt d'ordre psychologique: a-t-on réellement envie de se connaître? Le problème d'une peur se pose, une peur de se trouver mauvais, mais aussi peut-être de se retrouver confronté à du vide, n'a rien de bien intéressant.

Quant à la troisième et dernière partie, je «m'arrache» les cheveux, parce qu'à ce stade de ma réflexion, c'est moi qui me retrouve face au vide absolu de mon esprit.

J'aimerais également savoir quel autre auteur je peux faire intervenir là-dedans, parce que pour l'instant, Sartre est le seul que j'arrive à relier.

Voilà, si tu as du temps, je te serais reconnaissante de bien vouloir m'aider... cela me permettrait d'avancer un peu plus. En te remerciant d'avance...

Hélène

 

       
         

Socrate


 
Tu sembles bien engagée. À un moment il faudrait cesser de travailler à une disserte et oeuvrer plutôt à la connaissance de toi. Tu seras soudain surprise des bonds de géant que tu feras alors... même pour la disserte.

Je connais déjà au moins un auteur qu'il est urgent d'impliquer: elle s'appelle Hélène, ce qui signifie rayon de soleil...

Socrate