jeansavin+hotmail.com
écrit à

   


Socrate

     
   

Bouddha

   

Bonjour Vénérable Sage, élu de la Pythie, et génie démentiel,

Je ne suis point de ces jeunes éphèbes à m'offrir à vos caresses, mais votre disciple Platon m'a dévoilé une part infime de votre sagesse, qui me fait vous aimer.

Si vos propos sur le monde des vivants revêtent une implacable logique, qui ne mérite aucun commentaire superflu, votre vision de l'entre-vie me sidère. En résumé, nos âmes immortelles quittent le nirvana pour descendre non pas en enfer, mais sur terre dans une enveloppe charnelle, et oublient leur origine. Eh bien, j'en suis bien une de ces âmes amnésiques.

Ces propos m'ont étrangement marqué. Primo, d'où tenez-vous ces certitudes?

Ce qui me surprend le plus, c'est la similitude avec le discours d'un homme qui a vécu, il y a de cela une centaine d'années, par-delà le royaume des Mèdes. Son nom est Gautama Siddharta, et les gens prétendent qu'il a vécu une expérience mystique et atteint un nouvel état de conscience, qu'il aurait regagné ses ailes spirituelles dans une enveloppe charnelle et baignerait dans la Vérité. Lui aussi prétend à la véracité de la réincarnation. Mais alors, que signifieraient six milliards d'humains sur terre? Serait-ce la réalisation d'une autre de ces prophéties prétendant que nous serons tous réunis à la fin du monde?

Je vous souhaite de bons dialogues et de belles tablées.

Que Dionysos soit avec vous.



Quiconque croit à la réincarnation des ânes mérite de se réincarner en l'un d'eux. Le doxographe que tu cites aura erré sur mon compte.

Socrate