Avant toi
       

       
         
         

Théoclès

      Cher Socrate,

Permets-moi, ô grand Socrate, de te poser une question qui, depuis quelque temps, me brûle les lèvres et ne trouve aucune réponse satisfaisante. 

Que s'est-il donc passé de la période qui te précède et que l'on nomme désormais présocratique, à la tienne? 

Quel est cet oubli de l'Être que ton disciple Platon stigmatisa paraît-il en une pensée différenciant le haut d'avec le bas et dont Heidegger vingt-cinq siècles après toi va même jusqu'à trouver l'origine dans la pensée de Parménide?

Les philosophes qui t'ont précédé voyaient-ils réellement dans les «phénomènes» un tout sans arrière-plan? Étaient-ils des penseurs de l'immanence?

Je te prie de bien croire à mon embarras face à cette question qui me bloque quelque peu dans mon cheminement personnel et te demande, quand tu le pourras, de m'éclairer quelque peu, si cela t'est possible.

Très affectueusement

Théoclès
         
         

Socrate

      Mes prédécesseurs étaient Démocrite, qui disait que l'être est granuleux, Héraclite qui disait que l'être est mobile, et ce saltimbanque d'Anaxagore qui considérait que ce qui se passe dans notre intelligence est déterminé par ce que nos mains manipulent. Le premier nous a imposé l'atome, le second le flux dialectique, le troisième la gymnastique gesticulante de l'homo faber.

Admets avec moi qu'il était temps que j'intervinsse au milieu de tous ces ilotes et que je remisse en course la promotion des saines valeurs traditionnelles athéniennes...

Socrate


 



 

Théoclès


 
Cher Socrate,

Je te remercie pour la vitesse avec laquelle tu m'as répondu, mais tu me sembles esquiver la question que je t'ai posée. Sans doute n'as-tu pas vraiment le temps de te concentrer autant que tu le souhaiterais? Puis-je espérer que tu te penches à nouveau sur le problème qui se pose à moi et que je ne suis peut-être pas à même de résoudre sans ton secours? 

Merci ô grand Socrate
Théoclès


 



 

Socrate


 
C'est ta question qui manque de concentration, Théoclès. Si tu en attends plus, il va falloir que tu l'étoffes. Et ta réflexion sur Socrate avec elle...

Ton ami Socrate