Assomons les pauvres
       

       
         
         

Alexandre

      Bonjour et bien à vous Socrate!

Aujourd'hui, je lis un recueil de poésie du poète Baudelaire intitulé le Spleen de Paris. L'un de ses textes, «assommons les pauvres», fait référence au philosophe que vous êtes, Socrate. Ce dernier fait référence à votre démon et sa nature. Je n'ose pas trop m'aventurer sur mes suppositions quant à la signification de tout cela tant le sujet m'est peu clair. Je crois cependant que le démon dont il est question, votre démon, jouait le rôle d'un quelconque intermédiaire entre l'homme et les dieux, mais il se peut également que ce fait soit erroné. Je vous laisse ici un extrait du texte, ainsi que l'adresse où vous pourrez trouver le texte intégral, s'il vous est accessible encore une fois de votre sphère d'existence.

<
http://poetes.com/baud/BAssomm.htm>

EXTRAIT DU POÈME EN PROSE: ASSOMMONS LES PAUVRES

«En même temps, j'entendis une voix qui chuchotait à mon oreille, une voix que je reconnus bien; c'était celle d'un bon Ange, ou d'un bon Démon, qui m'accompagne partout. Puisque Socrate avait son bon Démon, pourquoi n'aurais-je pas mon bon Ange, et pourquoi n'aurais-je pas l'honneur, comme Socrate, d'obtenir mon brevet de folie, signé du subtil Lélut et du bien-avisé Baillargé?

Il existe cette différence entre le Démon de Socrate et le mien, que celui de Socrate ne se manifestait à lui que pour défendre, avertir, empêcher, et que le mien daigne conseiller, suggérer, persuader. Ce pauvre Socrate n'avait qu'un Démon prohibiteur; le mien est un grand affirmateur, le mien est un Démon d'action, un Démon de combat.»

Merci!

 

       

 

       

Socrate

      Votre poète est un drôle. Il parle d'anges et de démons comme s'ils avaient figure humaine, et me présente comme freiné par ce ci-devant «démon». Nous sommes bel et bien entourés par des entités d'origine ancienne, qui nous enveloppent et agissent sur nous. Mais elles guident la totalité de nos agissements familiers, y compris dans le sens de l'assouvissement de ce qu'il y a en nous de plus débridé et passionnel. Sois assuré que ces idées de «freinage» et d'«empêchement» sont étrangères à ma philosophie.

Socrate