Lettre d'acceptation
de Socrate
à l'Éditeur
       

       
         
         

Socrate

     
Athènes, au deux cent dix-septième jour du pouvoir du Conseil des Trente Tyrans,

Qui cherches-tu à connaître, ami Sinclair?

Le fils du tailleur de pierres Sophroniscus, ou celui de l'accoucheuse Phaenarete? Le disciple d'Anaxagore ou celui des Sophistes? Le mari de Xanthippe ou le coureur de banquets? L'amoureux passionné d'Alcibiade, celui de Phédon, ou celui d'Aristippe? Le vigoureux hoplite ou le mauvais coucheur? Le fruit mollet et amer du mensonge de la Pythie de Delphes, celui de son délire, ou celui de sa vérité divine? Il n'y a pourtant qu'une vérité, Sinclair. Il faudrait donc que tu te décides.

Tu devrais pourtant savoir que je n'écris jamais.

Aucune de ces portions de mon être ne te mérite. Mais je sais que ce à quoi tu aspires est stable et distinct de ces tessons de facettes. Sois en paix. C'est oui.

SOKRATES dit Socrate