Question pratique
       

       
         
         

Jeunesse Mandeville

      En regardant Sissi avec ma cousine, on se demandait: comment ces jolies dames avec leur grosse robe pouvaient-elles aller faire leur besoin???
         
         

Impératrice Sissi

      Chère jeune amie,

J’imagine un peu la mine indignée de ma belle-mère devant une telle question! «Une impératrice n’a pas de jambes» me répondait-elle, la bouche pincée, lorsque je me plaignais de fatigue après plusieurs heures passées debout à recevoir des dignitaires. Pas de jambes, alors imaginez le reste…

Je vais tenter de vous répondre aussi précisément que la pudeur du XIXe siècle me le permet. Tout d’abord, avec les grandes robes de cérémonie à crinoline de fer (car les crinolines étaient, en fait, de vastes «cages» métalliques sur lesquelles s’étendait le tissu de la robe), «y aller» était tout à fait impossible. Il fallait donc penser à «faire ce qu’on avait à faire» avant de s’habiller parce qu’ensuite, tant pis, il ne restait plus qu’à «tenir» le temps qu’il fallait. En robe de nuit ou en robe du matin toutefois, cela ne posait aucun problème. Plus tard, à partir des années 1870, la crinoline est passée de mode, heureusement, et l’envergure beaucoup plus raisonnable des robes permet depuis aux grandes dames de satisfaire à la nature sans qu’il soit besoin de se faire accompagner aux cabinets par une femme de chambre!

J’espère avoir répondu à votre satisfaction. Ma pudeur toute XIXe siècle ne me permet guère d’aller plus avant dans les détails.

Amicalement,
Elisabeth