Sabine Masy
écrit à




L'Impératrice Sissi






Que de souffrance pour une seule vie



Madame,

Je viens de terminer la lecture de votre biographie écrite par Hortense Dufour.

Une vie riche et intense... Mais que de drames autour de vous! D'après ce que j'ai pu en retenir, vous êtes, madame, devenue impératrice d'Autriche, un peu contre le cours des choses. Au départ de ce «complot de mères», c'est votre soeur aînée Hélène qui aurait du devenir impératrice. Un coup de foudre en a décidé autrement, et c'est vous que François-Joseph a épousée en lieu et place de votre soeur. Votre belle-mère vous en a fait payer le prix fort. Pourquoi? Peut-être voyait-elle en vous une rivale plus libérale, moins autoritaire, et qui aurait mis à mal l'emprise absolue qu'elle avait sur votre époux? Je me suis laissée dire qu'il se comportait en petit garçon soumis, quand il avait affaire à sa mère, notamment au début de votre mariage, et d'avoir pris la place de votre soeur. Elle vous a déjà enlevé vos enfants, ou du moins vos trois aînés. Vous en avez perdu deux (Sophie en 1857 et Rodolphe en 1889). Et croyez-moi, je peux le comprendre. Je n'en ai pas, mais je sais ce que dois ressentir une maman qui perd un ou plusieurs enfants. Surtout que pour l'aînée, votre petite Sophie, vous aviez à peine dix-neuf ou vingt ans. Je demande à Votre Majesté de bien vouloir m'accorder son pardon, si j'ai touché au domaine trop sensible de sa vie privée.

En vous remerciant, madame, de m'avoir accordé votre confiance, je prie Votre Majesté de bien vouloir accepter l'expression de mon plus profond respect.

Je suis votre humble et obéissante sujette,

Sabine


Chère Sabine,
 
Merci pour vos bons mots et pour votre compréhension. Oui, j’ai bien souffert dans ma vie, mais comme le disait ma sœur Hélène avant de mourir, c’est parce que j’avais un cœur! Tout cela finira bien un jour, et le repos éternel n’en sera que meilleur.
 
Amicalement,
 
Élisabeth



Madame,

J'ouvre mon courrier et je reçois une gentille lettre de Votre Majesté. Oui, vous aviez un cœur sensible! Reposez-vous, Madame, pensez à votre santé et à votre époux qui vous aime malgré tout, c'est ça le principal!

Où êtes-vous en ce moment? En voyage, je présume, comme toujours....

Je remercie Votre Majesté pour la confiance qu'elle me témoigne, et la prie d'accepter l'assurance de mon plus grand respect.

Bien cordialement,

Sabine


Chère Sabine,

Étonnamment, je ne suis pas en voyage présentement. Je passe un été tranquille, en partie à Lainz, en partie à Ischl. Valérie est venue nous visiter avec sa famille, et Franz passe de délicieux moments à exercer son passe-temps favori qu’est la chasse. Habituellement, je ne reviens de voyage que pour en préparer un autre, mais curieusement, cette année, je ne suis pas pressée de repartir. Ce sont les médecins, bien plus qu’une volonté propre, qui m’y forcent, mais je sais qu’ils ont raison, il m’est désormais impossible de passer l’hiver dans l’humidité et la froidure viennoises. C’est donc un peu à contrecœur que je prépare mon prochain voyage, qui débutera par une cure à Nauheim, et qui se poursuivra ensuite en Suisse: Caux, Terriret, Genève… J’aime le lac Léman, il me fait penser à la mer. C’est avec une grande joie que je retrouverai ses rives, cet automne.

Amicalement,

Élisabeth


Madame,

Vos lettres me font toujours un immense plaisir... En famille à ce que je vois: la plus jeune de vos filles, vos petits-enfants, ça fait beaucoup de monde autour de vous...

Reposez-vous avant de repartir pour de nouveaux voyages et profitez de votre famille.

Je vous quitte mais pas pour longtemps.

Sabine