Neveux et nièces
       

       
         
         

Elisabeth Corbin

      Chère Impératrice,

Lors d'un précédent courrier, je m'étais permis de vous interroger sur la parenté du Prince Karl-Ludwig Von Thurn und Taxis, malgré mes recherches je n'ai toujours pas trouvé sa parenté, toutefois j'ai découvert qu'il avait épousé la petite fille de votre soeur Hélène, Maria-Thérésa de Bragance, si vous avez d'autres renseignements à me communiquer je vous en remercie d'avance.

D'autre part, je voudrais savoir si votre sur Hélène eut bien cinq enfants, car dans mes recherches il est toujours stipulé qu'elle n'en a eu que quatre, je voudrais aussi connaître combien vous avez eu de neveux et nièces.

Je vous remercie à l'avance de votre réponse.

Elisabeth
         
         

Impératrice Sissi

      Chère Élisabeth,

Permettez-moi d'abord de m'excuser pour cette affreuse erreur.... Ma pauvre súur serait bien triste de voir que je me suis trompée dans le nombre de ses enfants, nous qui étions si proches! C'est évidemment quatre enfants que Néné a eus, et non cinq! Il y a certainement eu des espérances déçues entre la naissance de Maximilien (1862) et celle d'Albert (1867), mais cela ne saurait «compter»!

Au moment où je vous parle, Marie-Thérèse, la petite fille de Néné, n'a que dix-sept ans, étant née en 1881 (dernière enfant d'Élisabeth, la malheureuse n'ayant pas survécu à cette naissance, et de Miguel de Bragance). Je ne peux donc vous renseigner sur son éventuel mariage ni sur un très hypothétique fiancé...

Je peux toutefois satisfaire votre curiosité en ce qui concerne mes nombreux neveux et nièces. Dans ce domaine, le «côté Wittelsbach» est nettement gagnant...

Commençons-donc par le plus simple, les frères de mon époux. Notre pauvre Maximilien n'a pas eu d'enfants de son union avec Charlotte de Belgique, et Louis-Victor... eh bien disons que Louis-Victor a des goûts assez particuliers et ne s'est pas marié... Il reste Charles-Louis, qui s'est marié trois fois et a eu six enfants. Aucun enfant de sa première union avec Marguerite de Saxe; de Marie-Annonciade de Bourbon, il a eu quatre enfants : François-Ferdinand né en 1863, Otto en 1865, Ferdinand Charles-Louis en 1868 et Marguerite Sophie en 1870. De sa dernière union avec Marie-Thérèse de Bragance (cette dernière joue depuis 1889 le rôle de «Première Dame» aux côtés de François-Joseph, lorsque je ne suis pas à Vienne), sont nées Marie-Annonciade en 1876 et Élisabeth-Amélie en 1878.

Du côté Wittelsbach, mes neveux et nièces sont beaucoup plus nombreux. Lorsque vous aurez terminé d'en lire la liste, vous pourrez imaginer à quel point ma pauvre Mimi pouvait se sentir étourdie lorsqu'elle voyait tout ce beau monde «débarquer» chez elle en même temps, généralement au mois d'août, à Possi!

Commençons par l'aîné. Louis a renoncé à ses droits pour pouvoir épouser l'actrice Henriette Mendel, donc il a eu une fille, Marie, née en 1858. Bien que Henriette ait été «promue» baronne Wallersee juste avant le mariage, celui-ci n'en est pas moins demeuré morganatique. Ce qui signifie que ma nièce se nomme Marie Wallersee, et non Marie de Wittelsbach, titre auquel elle n'a jamais eu droit mais qu'elle s'octroie parfois elle-même... J'aimais beaucoup Marie, mais son rôle lors de la mort de Rodolphe a été si trouble (c'est elle qui aurait présenté Marie Vetsera à mon fils) qu'elle a été à tout jamais bannie de la Cour. Je ne l'ai plus revue depuis 1889.

Hélène, comme vous le savez déjà, a eu quatre enfants du prince Maximilien de Tour et Taxis : Louisa, née en 1859, Elisabeth, née et 1860 et morte en couches, comme je vous le disais plus haut, en 1881, Maximilien né 1862 et Albert né en 1867. La mort de son fils Maximilien en 1885 plongea Néné dans le plus profond désespoir, mais je dois admettre qu'Albert dirige de main de maître les destinées de la maison.

Pour ma súur Marie, l'énumération s'avère plus délicate... Tombée amoureuse d'un beau zouave pontifical lors de son séjour à Rome, après le siège de Gaète, elle tomba enceinte et se réfugia à Possi. Les circonstances de son mariage empêchaient d'attribuer la paternité de cet enfant au roi François des Deux Siciles car ce dernier aurait eu besoin d'une opération pour concevoir et il s'y refusait obstinément... Marie donna finalement naissance à une petite fille nommée Daisy, au couvent des Ursulines d'Augsbourg en 1862, et fut immédiatement confiée à son père. Finalement, réconciliée avec son époux qui accepta finalement l'opération, Marie accoucha d'une petite fille, légitime cette fois, le 24 décembre 1869. La petite Christine ne vécut cependant que quatre mois, et Marie n'eût pas d'autres enfants.

Mathilde, qui avait épousé le comte Louis de Trani (frère du roi François des Deux-Siciles) eût elle aussi une petite fille, prénommée Marie-Thérèse, en 1867. Mon beau-frère prenait son mariage plutôt à la légère et comme il mourut tragiquement quelques années plus tard et que Mathilde ne se remaria pas, il s'agit de son seul enfant.

Charles-Théodore, chef de la famille Wittelsbach suite à la renonciation de mon frère Louis, est celui qui a eu la plus grande descendance. De son premier mariage avec Sophie de Saxe est née Amélie en 1865; c'est la cousine préférée de ma fille Valérie. Ma belle-súur Sophie est décédée subitement en 1867 et Gackel s'est remarié en 1874 avec Marie-José de Portugal. Elle lui a donné Sophie en 1875, Élisabeth en 1876, Gabrielle en 1878, Louis en 1884 et François en 1888.

Ma súur Sophie, après des fiançailles ratées avec le roi Louis II de Bavière, a connu l'amour en la personne du duc Ferdinand d'Alençon. De cette union sont nés Louise en 1869 et Emmanuel en 1872.

Finalement, mon frère Max-Emmanuel (Mapperl) a connu lui aussi un beau mariage d'amour avec Amélie de Saxe-Cobourg (initialement promise à Léopold de Bavière, mais François-Joseph s'arrangea pour que ce dernier épouse plutôt notre fille Gisèle!). Sont nés de ce mariage Siegfried en 1876, Christophe en 1879 et Luitpold en 1890.

Une belle grande famille qui, malheureusement, ne se réunit plus très souvent depuis la mort de ma mère, en 1892...

Amicalement,

Elisabeth