Caroline
écrit à

   


L'Impératrice Sissi

     
   

Lequel me conseillez-vous?

   

Coucou,

Je m'appelle Caroline et mon rêve est de visiter votre château. Lequel me conseillez-vous?

Votre plus grande admiratrice,

Caroline


Chère Caroline,

Tout dépend de ce que vous voulez voir. Si vous désirez voir un château où je me suis sentie bien, je vous conseille la villa Hermès, à Lainz, que François-Joseph a fait construire pour moi il y a quelques années. Située non loin de Vienne, on s’y sent néanmoins en pleine campagne, avec une salle à manger qui donne directement sur la forêt. Je n’y réside jamais bien longtemps, puisque je passe le moins de temps possible en Autriche, mais cela reste néanmoins ma «maison» préférée dans ce pays. Si vous désirez voir un endroit où ont eu lieu nombre de bals et de réceptions, vous vous trouverez bien de visiter la Hofburg. Vous dire cependant à quel point je déteste cette sombre construction d’un autre âge est pratiquement impossible. J’ai vécu les premiers mois de mon mariage dans cette demeure où règne la plus rigide des étiquettes, ma belle-mère y a séquestré mes enfants, me forçant à emprunter les escaliers et les couloirs étriqués, même enceinte, pour avoir accès à leurs appartements. J’y ai de très mauvais souvenirs, mais je m’astreins à y résider quelques mois par année auprès de mon époux qui se sent si seul. Il peut évidemment y recevoir à sa guise la visite de Madame Schratt, qui habite tout près, mais il aime par-dessus tout me rendre visite de façon impromptue dans mes appartements, dans l’aile Amélie.

Au printemps, nous nous transportons habituellement à Schönbrünn. Vous aimerez le vaste parc, la Gloriette tout au fond, les allées bordées de rosiers et les jets d’eau. C’est un petit «Versailles», dont la façade «jaune Marie-Thérèse» est très représentative de l’architecture préconisée par la grande impératrice. Et finalement, il y a la Kaiservilla où nous passons la plupart de nos étés, à Ischl. J’y ai fait construire un petit pavillon de marbre rose où j’aime me retirer pour écrire, recevoir ma fille pour un thé ou tout simplement pour rêvasser à ma guise. C’est sans doute l’endroit en Autriche où je me sens le mieux. Dans la mesure où il m’est possible de me sentir bien quelque part, évidemment. Je passe sous silence Laxenburg, où je n’ai que de mauvais souvenirs. Je suis allée dans ce château pour ma lune de miel, et j’y ai beaucoup pleuré. Vous ne perdrez rien en l’omettant dans votre itinéraire.

Amicalement,

Élisabeth