Le bonheur parfait
       

       
         
         

Mercure

      Chère Impératrice,

Qu'est-ce que pour toi le bonheur parfait?

Et quelle était la longueur de tes cheveux?
         
         

Impératrice Sissi

      Chère âme,

Qu'est-ce donc que le bonheur parfait? Un philosophe vous répondrait sans doute bien mieux que moi. Le mot «bonheur» est un mot que j'ai rayé de mon vocabulaire, tout comme les mots «joie» et «espoir», d'ailleurs. Ainsi que me l'écrivait dernièrement mon époux - pourtant peu enclin à philosopher lui-même -on ne peut plus vraiment parler pour nous de «bonheur», il nous suffirait simplement d'une vie un peu plus exempte de malheurs pour quelques temps...

Dans ma jeunesse, j'ai cru au bonheur: l'amour, les enfants, la vie... La Cour, la guerre et la vie d'objet de vitrine que l'on m'a forcée à mener m'ont enlevé toutes mes illusions. Je n'aspire plus qu'à la paix et à la tranquillité. Peut-être est-ce cela pour moi, maintenant, le bonheur. On peut toujours arriver à faire de soi une île.

Mes cheveux? Mon souci de chaque jour, ma hantise de chaque instant... Un souci bien prosaïquement terre-à-terre, je vous l'accorde. Une de ces petites vanités qui me rattachent encore au monde des vivants. Mes cheveux font environ 1m50 de longueur, il descendent jusqu'en bas de mes genoux. Ils sont comme un véritable corps étranger sur ma tête, je «sens» mes cheveux. Mon lecteur Grec, Constantin Christomanos, disait que je les portais comme une couronne à la place de la Couronne. «Oui, lui ai-je répondu, à cette différence qu'il est plus facile de se défaire de n'importe quelle autre Couronne.»

Amicalement,

Elisabeth