Emmanuelle
écrit à

   


L'Impératrice Sissi

     
   

Alexa

   

Chère Sissi,

J'ai découvert dans un nouveau livre que tu avais une amie très proche qui se nommait Alexa, et qu'elle, en retour, t'appelait «ma mouette». Que peux-tu me dire à son sujet? A-t-elle vraiment existé? Il est rapporté dans ce livre que vous vous seriez embrassées amoureusement?

Merci de me répondre,

Bisous,

Une admiratrice de ta vie.


Chère Demoiselle,

On ne prête qu'aux riches, dit-on. On m'a supposé des amants, on m'a inventé des liaisons saphiques… J'ai eu des amies, oui, de très grandes amies; seule l'amitié féminine est digne de confiance. Une amitié féminine doit être cultivée, elle est un rempart contre le paternalisme, contre le sentiment de propriété du mari. L'amitié féminine exclut le mari, exclut l'Homme en général et est la seule relation où les deux personnes peuvent se parler d'égale à égale. Même chez les hommes, ce genre d'amitié est impossible; le sentiment de pouvoir est trop fort, chacun essaiera d'avoir le dessus sur l'autre. Même chez les artistes, les poètes ou les grands hommes politiques j'ai pu constater cette absence d'une égalité qu'on ne retrouve qu'entre femmes.

Ma plus grande amie a été et est toujours Carmen Silva, ou si vous voulez, Élisabeth reine de Roumanie. C'est ma sœur en poésie, mon âme soeur sur cette terre, la seule à qui j'ai véritablement donné mon coeur. Si, au cours des années, j'ai rencontré d'autres âmes proches de la mienne, avec qui j'ai pu entretenir des liens particuliers, vous permettrez, j'imagine, que j'en conserve le souvenir dans le secret de mon cœur.

Amicalement,

Élisabeth