Retour en page d'accueil de Dialogus

Hamytisse
écrit à
L'Impératrice Sissi
L'Impératrice Sissi


Un souhait pour vous


   

Boujour, Votre Majesté,

J'aimerais savoir quelque chose: si vous viviez dans notre siècle, qu'auriez-vous aimé faire de vos journées? Et seriez-vous prête à renoncer à règner pour vivre votre vie plus librement?

Merci.

Hamytisse


Chère Hamytisse,

Il m'est plus facile de répondre à votre seconde question qu'à la première.

Oui, j'abandonnerais volontiers trône, couronne et honneurs pour une vie simple, libre et sans entraves. C'est d'ailleurs ce que j'ai fait, d'une certaine façon, en fuyant mes «devoirs» pour me consacrer à ma vie privée. Je ne suis plus parue dans une réception officielle depuis les fêtes du Millénaire de la Hongrie. La mort de mon fils a coupé mes derniers liens avec le monde réel et a mis fin aux efforts que je consentais encore à faire, quelquefois, pour accompagner mon époux. Si seulement il n'avait pas été empereur, que de choses auraient été différentes, comme notre vie, comme notre amour auraient été différents! À quinze ans, lorsqu'il m'a choisie, moi qui étais si peu de chose, j'aurais tout donné pour qu'il ne fût qu'un simple tailleur. Notre vie aurait pu être si belle, sans ce trône, sans ces cérémonies, sans les tracasseries quotidiennes de «Madame l'Étiquette»! Mais il est empereur. Et je suis impératrice. Bien malgré moi, j'ai un trône, une couronne et j'ai du m'astreindre pendant des années à une comédie de  représentation que je ne comprenais pas, personne n'ayant pris la peine de me l'expliquer, à laquelle je ne croyais guère, et à laquelle je ne crois plus du tout. Le vieux chêne finira par s'écrouler, quoi qu'on fasse car, vraiment, il a fait son temps.

Quant à ce que j'aurais fait de mes journées, à votre époque, il m'est bien difficile de vous répondre puisque je n'ai aucune idée de ce que votre siècle aurait à offrir à une âme torturée comme la mienne. Peut-être ma nature poétique aurait-elle trouvé un autre moyen de s'exprimer, peut-être d'autres options que la marche et l'équitation se seraient-elles offertes pour combler mon besoin de mouvement...? Mais nous entrons là dans le domaine du rêve, chère amie, et j'ai appris avec le temps que s'évader dans le rêve ne fait que rendre le réveil plus pénible.

Amicalement,

Élisabeth
************************Fin de page************************