Maxiro
écrit à

   

Franz Schubert
Franz Schubert

     
   

Vos oeuvres
Projet  scolaire - collège de Sainte Marie de Beaucamps-Ligny

   

Cher Monsieur Schubert,

Je suis un élève de 5ème du collège de Sainte Marie de Beaucamps-Ligny et je vous écris dans le cadre d’un projet de français.

D’abord, je souhaite vous remercier pour la musique que vous avez composée. C’est mon grand-père qui m’a parlé de vous et franchement, je ne regrette pas ce moment. Je joue moi-même votre musique au piano, le plus souvent «Ave Maria». Et vous, quelle est votre propre musique préférée? Je me pose une question à propos de votre musique: pourquoi est-elle si mélancolique?

Je sais que votre maître était monsieur Salieri. Vos relations étaient-elles bonnes? Vous connaissez probablement Beethoven, mais est-ce que c’est votre compositeur préféré?

Vous avez fait partie d’une école de chant; est-ce que ça a influencé votre envie d’être compositeur?

Merci d’avance Monsieur Schubert,

Maxiro


Cher Maxiro,

Où donc se trouve cette ville de Beaucamps-Ligny? Voilà des sonorités étrangères à mon oreille... S'agit-il d'un bourg français?

Tout d'abord, je vous remercie pour les bons compliments que vous faites sur ma musique. Quant à vos questions, je crains que certaines d'entre elles ne soient pas très originales, à en croire les nombreuses lettres auxquelles j'ai répondu concernant mes «musiques préférées», la mélancolie supposée de mes compositions ou encore mon opinion sur le grand Beethoven. Ma santé étant fragile ces derniers temps, me pardonnerez-vous de ne pas y répondre à nouveau aujourd'hui? Vous trouverez, j'en suis sûr, une trace de mes réponses parmi celles que j'ai faites à vos «contemporains».

En revanche, je vous réponds volontiers sur monsieur Salieri, qui a malheureusement quitté ce monde il y a quelques années. Ce fut effectivement mon maître de musique lors de mes jeunes années et je lui dois de m'avoir formé avec intelligence et finesse aux règles de la musique. Il fut un professeur exigeant et d'une grande bienveillance malgré nos manières différentes de penser et d'écrire la musique, différences qui se sont révélées et accentuées au fil des ans. Comme toutes les règles, il importe avant tout de bien les apprendre, intelligemment et complètement, avant de pouvoir envisager de bâtir ses propres règles, de suivre sa voie propre. C'est cette opportunité que m'a donnée Salieri. Sur un plan humain, je dois vous dire que nous n'avions ni animosité ni amitié particulières, nos relations étant par ailleurs tenues distantes par les difficultés de langue (je parle mal italien, il parlait mal allemand, bien qu'il ait été un Viennois d'adoption depuis longue date).

En parlant d'«École de chant», pensez-vous au Stadtkonvikt de Vienne, dont je fus, en effet, l'élève? Je crois que la réponse à votre question peut être apportée par mes compositions elles-mêmes: combien de lieder? Combien d'oeuvres vocales de toutes sortes (messes, ensembles...)? Le chant est la réalisation presque pure de ce qui est la quintessence même de la musique: l'art de la mélodie. Il est bien connu que tout découle de la mélodie et que tout naît d'elle.

Bien amicalement,

Franz Schubert