Muji
écrit à

   

Franz Schubert
Franz Schubert

     
   

La vie en dehors de la musique

   

Monsieur Franz Schubert,

Je voudrais savoir quels sensations et objectifs vous auriez eus si vous n'aviez pas vécu dans une famille aussi bourgeoise que la vôtre. Vous êtes très productif musicalement depuis votre adolescence: est-ce que, dans le même temps, vous faites autre chose que justement, produire de la musique? Est-ce que vous avez des amis avec qui jouer? Et est-ce que vous avez jamais aimé une femme?

Merci de m'écouter.


Chère (cher?) Muji,

D'où tenez-vous que j'ai vécu dans une famille bourgeoise? Ce ne fut certainement pas le cas, étant le fils de parents d'origine modeste ayant eu de nombreux enfants. Mon père était instituteur, et pendant longtemps, du moins jusqu'à son second mariage, il eut de nombreuses difficultés financières. Cependant, j'eus la chance, il est vrai, de grandir dans un milieu cultivé, ayant, peut-être davantage que bien des demeures bourgeoises, le sens de l'art et du beau, ce sans quoi, peut-être, je n'eus jamais été éveillé à la musique et encore moins à la composition.

Quant à vos autres questions: comme tout un chacun, bien sûr, je m'occupe à bien d'autres activités que la composition ou même la musique. Comme tout être humain, je sais me réjouir des spectacles de la nature, des bonheurs durables que peuvent procurer la vie sociale et l'amitié, ou, plus simplement, des plaisirs de la lecture.

La musique fait partie de mes rapports amicaux, puisque je compte de nombreux amis musiciens, parfois de grand talent, avec qui je joue souvent, sans qu'il s'agisse d'ailleurs forcément de mes compositions. Pas une semaine ne se passe, d'ordinaire, sans que nous nous voyions pour «discuter en musique».

Enfin, j'ai aimé bien sûr (quel être humain n'a jamais aimé?), mais permettez-moi d'être plus discret en ce qui concerne ma vie sentimentale...

Amicalement,

Franz Schubert