Retour en page d'accueil de Dialogus

Perline
écrit à

Maréchal Joachim Murat


Les choix dans votre vie: l'armée, la princesse Caroline


    Bonjour Sire,

Avant toutes choses je dois vous dire que c'est un immense honneur pour moi d'avoir l'opportunité de dialoguer avec vous. Depuis que je suis enfant je suis passionnée par cette merveilleuse période qu'est le Ier Empire en France et parmi tous les personnages qui en ont fait la grandeur il me faut bien reconnaître que s'il en est un que j'admire, c'est bien vous, sire. Il y a tant de questions que j'aimerais vous poser, mais la simple demoiselle que je suis va tenter de réfréner ses ardeurs afin de ne pas vous importuner avec une montagne d'interrogations. Je me limiterai donc à trois questions: Avez-vous toujours rêvé de servir dans l'armée ou cette carrière s'est elle imposée à vous? Avez-vous rencontré de nombreuses désapprobations vis-à-vis de votre mariage avec la princesse Caroline Bonaparte? Et enfin, fut-il simple pour vous de vous glisser du jour au lendemain dans le rôle de roi?
 
Dans l'attente d'une réponse de votre part,

Avec tout mon respect,

Perline

Bonsoir chère Perline,

Je suis sincèrement navré de vous répondre aussi tard, mais ne m’en veuillez pas, s’il vous plaît. Mes geôliers, pour me nuire et m’exaspérer, ont confisqué tout mon courrier. Depuis fort longtemps, j’étais surpris de ne plus recevoir de correspondance de la part de Dialogus, ni surtout de ma femme. L’un de mes geôliers, pris de remords, vient de me donner cet après-midi toute la correspondance qui m’a été confisquée.

Aussi après avoir écrit quelques lettres à mon épouse, je m’empresse de vous répondre. Je suis vraiment touché de l’admiration que vous me portez, vous n’êtes pas une simple Demoiselle, vous êtes sans aucun doute, une jeune et gracieuse Demoiselle, et vous avez le droit de me poser toutes les questions que vous souhaitez.

Pour répondre à votre première question, c’était bien un rêve que de servir dans l’armée. Mes parents voulaient que je sois prêtre et m’ont envoyé dans un séminaire. Quelle horreur! J’ai toujours été athée, je détestais la prêtraille et tout ce qui l’entourait; je me suis donc rebellé, j’en ai tant fait que j’ai réussi à me faire exclure du séminaire, au grand dam de mes parents, mais à mon grand soulagement.

Concernant mon mariage, disons que le futur empereur était loin d’être favorable à mon union avec sa sœur, ce fut mon soutien décisif lors du 18 brumaire qui le fera changer d’avis.

Enfin pour répondre à votre ultime question, il faut un temps d’adaptation avant de réussir à se glisser dans le rôle de roi, je ne puis vous le cacher; et puis, on se laisse prendre au jeu, nous voulons œuvrer pour faire ce qu’il y a de mieux pour nos sujets, ainsi que pour notre royaume. Mon épouse était, quant à elle, une très bonne reine: elle m’a secondé merveilleusement bien dans ma tâche.

J'espère vous  avoir répondu le plus précisément possible, chère Perline.

À bientôt,

Joachim-Napoléon Ier, Roi déchu des Deux-Siciles

************************Fin de page************************