Les feux de Beltane
       

       
         
         

Alalme

      Fée Morgane,

Pourriez-vous me donner le rituel des feux de Beltane?

Alalme

 

       
         

Morgane

      Alalme,

Je ne comprends pas ta question. Le rituel de la Beltane ne se donne pas... Si, en fait, ce que tu me demandes, c'est de t'informer sur la manière de fêter la Beltane, alors je pourrai te répondre. Encore faudrait-il toutefois que je sache si tu comptes faire ce rituel seul(e), à deux ou en groupe. Et si tu fêtes la Beltane en groupe, votre rituel en sera-t-il un pour rendre hommage à la fertilité de la Terre à travers votre terre? Allez-vous ensemencer ce jour-là? Je dois te connaître davantage afin de te guider vers un rituel qui te ressemblera.

Tu vis en forêt ou dans un grand village? Tu es un mâle ou une femelle? Quel âge as-tu?

Les Sabbats sont très importants et générateurs de très puissantes énergies. La Beltane est sans nul doute le plus Grand d'entre eux.

Comme nous ne la fêterons qu'au printemps, toi et moi avons le temps de discuter plus amplement avant que je ne t'en donne les codes véritables.

Blessed be,

Morgane, dite la fée.
         
         

Alalme

      Merci de ta réponse Morgane,

Oui je me suis mal exprimé; en fait je souhaite fêter Belthane (je l'écris avec un H comme je l'ai vu la première fois).

Je souhaite le faire en groupe, je vis dans une grande ville, Paris, mais qu'importe? Mes pas m'entraînent plus que de coutume sur des chemins dépeuplés, je veux honorer la terre, comme j'honore Illiuvatar, l'unique, l'incréé, créateur de Valinor et des Valars.

J'ai 42 ans, un peu homme un peu Elfe, et en tout état de cause comme nul autre, tiens je te fais parvenir également une photo de moi, peut-être pourra-t-elle t'en dire encore plus.

Que la lumière des étoiles guide ton chemin,

Alalme
         
         

Morgane

      Puissent les étoiles également guider le tien, mon frère,

Alalme,

Il m'est difficile de t'enseigner un rituel de Beltane à distance, sans y participer avec toi. L'idéal est sans doute de te raconter comment nous, du Vieux Peuple, festoyons ce jour magnifique qui honore la magie la plus puissante de l'humanité: celle de nous reproduire dans l'Amour, à l'image de la Terre qui, fertilisée, assure vie. À jamais.

Ma tante Viviane, la Dame du Lac, annonce toujours cette fête quelques jours d'avance. Elle en informe du jour prescrit les rois qui habitent nos Terres et celles avoisinantes qui désirent se joindre à nos festivités. Cette date se situe, selon votre calendrier, fin avril ou début mai selon les voeux de la Déesse. Le jour venu, paysans et même certains gens de la cour défrichent et labourent la terre. Les mauvaises herbes sont réunies en tas prêts à brûler. La tradition veut également que l'on effectue un grand ménage des maisons et qu'on apporte aux bûchers tout ce qui ne sert plus à la demeure. Il faut faire place au renouveau. Faire place aux nouveaux produits du grain qui sera semé aujourd'hui. Puis, on ensemence cette terre bien travaillée par une main agile. Hommes et femmes plantent ce qui deviendra du blé, de l'orge... Ce qui assurera la survie de nos peuples. En ce faisant, homme et femmes parlementent, rient et laissent monter les ardeurs qui les animent comme la terre est aussi animée par leur travail. Hommes et femmes se travaillent aussi, se fraient un chemin les uns vers les autres, s'observent. Se courtisent. Saison sèche. Il fait chaud. On boit et... On s'étourdit, un peu.

La nuit tombe. Les feux s'allument. On danse.

Tiens, une danse traditionnelle dont je te dresse le tableau, mon ami: avec le blé de la dernière récolte, les femmes confectionnent des balais sur lesquels elles s'assoient et tournoient et sautent, le plus haut possible, afin de montrer au nouveau grain comment pousser très haut! Une danse magique qui laisse paraître leurs jambes, leur féminité. Une danse qui éveille le désir de leur homme et le leur, même! J'ai dansé avec elles, Alalme. J'ai senti ce balai entre mes cuisses et... J'ai senti le regard des différents amants qui m'ont prise lors de ce rituel. La Déesse est puissante. Ce jour-là, Elle commence à porter son enfant. Son amant. Le Soleil, notre Dieu, Roi-Cerf qui naîtra au Yule que vous appelez aujourd'hui... Noël.

Tu vois, mon frère, cette danse magnifique a malheureusement donné lieu à de nombreuses histoires sordides... Nous observant en secret, apeurés, les chrétiens ont clamé que nous étions de vilaines et sales sorcières qui volaient sur des balais! Ce qui m'attriste le plus, cher Alalme, c'est que... Je crois bien qu'à votre époque, cette image erronée de notre danse des feux de Beltane tient toujours? Les Chrétiens sont tellement puissants... Même à travers le temps, ils ont réussi à garder en vie l'image ridiculisée de nos plus belles traditions. Nos rituels les plus lumineux ne sont plus que... caricatures!

J'en suis désolée.

Je laisse à ton imagination, que je souhaite aussi fertile que nos terres, le loisir de voir ce qui se passait ensuite autour de ces feux allumés pour les hommes et les femmes qui s'étaient, tout le jour, rencontrés.

Je te souhaite une Beltane digne de l'Amour que tu mérites, Alalme.

Blessed be
Morgane, dite la Fée
         
         

Alalme

      Morgane, fée Morgane,

Je réponds un peu tard à ton dernier message, mais j'étais en quête de moi-même sur les hautes terres d'Écosse, et ensuite aux portes du Wallala.

Je suis en quête de moi, de ma vérité, parce que je sais que je ne suis que par la terre nourricière, que par l'arbre aux pieds enfouis et à la tête étoilée.

Alalmé, un peu Elfe un peu Homme, ne se sent pas de ce monde, je ne fais que le parcourir, ne fais qu'observer et apprendre, et devant le désespoir, je sème mon espoir, honorant Iliuvatar l'incréé, l'unique, en priant l'esprit des vents, l'esprit des bois et des forêts, l'esprit des eaux et de la lune.

Fée Morgane, toi qui sembles connaître le secret de toutes choses, sais-tu si tes frères Elfes un jour trouveront le chemin de Valinor vers les terres éternelles? Sais-tu si mon épée frappera un coup, le dernier, qui apportera enfin la sérénité au monde? sais-tu si un jour le monde magique reviendra régir le monde profane.

Fée Morgane, que la lumière des étoiles guide ta route et qu'un jour elle dirige la mienne vers toi.

ALALME
         
         

Morgane

      Alalme, mi-elfe, mi-homme,

Oh... Ainsi les êtres pétrifiés de Brodgar sont toujours debout chez toi? Impressionnant... Ma tante Morgause, compagne de Lot des Orcades s'y rend aux solstices et équinoxes pour célébrer nos sabbats. Je n'y suis jamais allée, mais elle m'en a parlé.

C'est étrange de discuter de ces choses avec toi. Des paysages que tu vois, j'en vois aussi, ici. À une époque qui diffère de la tienne. Nous sommes, toi et moi, beaucoup plus proches qu'on ne le croit, mais l'accès à ton monde est si difficile...

S'il en eût été autrement, mon frère, nous aurions sans doute, oui, fêté la prochaine Beltane ensemble. J'en aurais été honorée, guerrier, barde et voyageur... J'aurais aimé écouter tes histoires et je t'aurais partagé les miennes, côte à côte, sur la couche. Tu voudrais vénérer la femme que je suis? J'en suis flattée... Cependant, l'accouplement rituel de la fête de Beltane n'est pas nécessaire, je crois, pour cheminer sur cette route étoilée que nous avons dressée devant nous.

N'y suis-je pas déjà, avec toi?


Sois béni, ami
Morgane
         
         

Alalme

      Morgane, ma Fée Morgane, Fée vénérée,

Comme c'est étrange que tu me donnes ce titre de barde, moi que mes amis appellent le Guerrier Poète, alors c'est à moi de te remercier.

Là où mes pas m'ont mené, j'ai rencontré la paix et la sérénité, j'ai retrouvé la beauté et le sens de ce monde, j'ai rencontré quelques êtres, qui furent visiblement sur ma route pour me donner certaines réponses que j'attendais.

Volontairement je me suis rendu des Highlands jusqu'aux terres gelées de Finlande. Passant par les Orcades je me suis recueilli au Ring de Brodgar, cherchant un passage vers cette terre éternelle, j'y ai senti l'énergie, mais point de lumière, peut-être n'est-il pas encore venu le temps du retour. C'est sur ce lieu sacré que j'ai rencontré les messagers au nombre de cinq; ils avaient tous une histoire à me raconter, qui des arbres qui sont composants de ma demeure, qui sur la rencontre avec une créature mythique, d'autres encore sur ce lieu où la lune épouse une fois par jour la surface tourmentée des eaux... de là, un vaisseau m'a fait traverser jusqu'en pays viking. Mais ce n'était pas ma destination. J'ai poursuivi à travers les régions peuplées du nord, vers le mont Kemi, où dit-on une autre porte existe... En ce lieu un chaman lapon m'a raconté une étrange histoire, tout s'est un peu mélangé, le Mont Chauve, la nuit de Walpurgis et autres célébrations aux deux solstices... J'ai obtenu encore l'une des réponses à ma quête...

Fée Morgane, mes pas me mènent indiciblement à toi, je ne saurais expliquer ni comment ni pourquoi, mais je sais que la célébration des feux de Belthane m'apportera une autre réponse.

Alors Morgane, messagère des esprits, lorsque ma route vers toi sera accomplie, sois mon guide et mon initiatrice...

Que les étoiles éclairent ta route...

Alalme mi-Elfe mi-Homme
         
         

Morgane

      Alalme, tu me fais bien rire!

J'ai l'impression que tu es un barde et que tu m'offres un magnifique Imram! Merci!

Dis-moi, mon ami, que retiens-tu de ces visites sur les nombreux chemins d'Avalon que tu as empruntés récemment? Raconte-moi ce que tu as vu, qui tu as rencontré, ce que tu apprends de ces fantastiques voyages?

À chaque instant, que tu sois ou non en voyage, intérieur ou extérieur, en Avalon ou en terre des Hommes, demeure ouvert, mon frère. La magie se trouve partout. Dans la nature, dans les êtres, dans les arts... Partout. De manière absolue. Et nos mondes, côte à côte, produisent un Tout parfait. Pourquoi voudrais-tu y changer quoi que ce soit? Seuls les Dieux ont ce pouvoir! Toi, pour Les aider, offre-Leur ton incarnation afin qu'ils posent pied parmi les Hommes. Sois à leur disposition pour éclairer ceux qui cherchent la lumière, mais n'essaie pas d'imposer tes idées, Alalme. Tu appartiens à Gaïa, ce n'est pas elle qui t'appartient, ni rien de ce qui la compose. Laisse venir à toi ceux qui désirent trouver leur chemin. Toi, demeure là. Ouvert, disponible, au repos, mais éveillé. Tu trouveras, dans cet état de neutralité féconde, ta paix; et tu seras, dès lors, à même de voir cet équilibre qui t'entoure et te détermine. Iliuvatar, l'Unique dont tu parles, est créé. Cesse de courir à sa recherche, arrête-toi et laisse-le venir à toi. Comme le Tout.

Tu le reconnaîtras à sa venue, Alalme et tu souriras. Tu comprendras alors que, elfe ou non, les Terres Éternelles seront ton home ultime si tu le désires. Le monde magique. Avalon.

Mon frère, sois béni, ainsi que les étoiles qui nous guident et qui t'amènent déjà sur ma route.

Very blessed be
Morgane, de Camelot
         
         

Alalme

      Fée Morgane, au nom magique,

Oui j'aurais aimé voir la lame et le calice dans une même harmonie, mais il n'en sera pas ainsi semble-t-il avant de nombreuses lunes, mais qu'importe, que cela reste un rêve et l'espoir demeurera.

Nos routes ne divergent pas j'en suis certain, et nos pas doucement nous mènent à la croisée des chemins.

Mon monde n'est pas aussi inaccessible pour toi que le tien ne l'est pour moi, seule la volonté est la clef de notre offrande à la terre mère. Beltane est bien heureux d'avoir pour le servir une prêtresse telle que toi, je ne te voie pas mais je t'imagine, je suis loin de toi mais je sens dans tes mots le souffle de la douceur qui envole mes pensées, je ne te connais pas et il me semble pourtant que ma mémoire te souvient depuis de millénaires.

Morgane au nom de feu, tu es fée par le verbe, parce qu'en quelques mots tu fais baisser la garde et courir les vers.

Que les étoiles éclairent ta route soeur Morgane, et que les dieux veillent sur toi,

Alalme Mi Elfe mi Homme
         
         

Morgane

      Alalme, mi-elfe, mi-homme,

La lame et le calice sont toujours en harmonie et bien gardés par nos peuples. J'en serai à jamais une défenseuse, sois-en assuré, comme je défendrai toujours notre droit de rêver. Après tout, où donc se trouve la limite entre le rêve et la réalité? Les frontières ont été créées au sein du monde des Hommes. Avalon n'en connaît point.

Tu me fais rire, Alalme. Tu sais qu'à la croisée des chemins, les chrétiens ont planté des croix pour nous en chasser, nous, qu'ils appellent les sorcières?

N'aurais-tu donc pas peur de moi?

Pourtant...

Alalme, il est vrai que je pourrais accéder à ton monde. Je connais les moyens qui me permettraient de visiter la dimension qui héberge ton incarnation. Je l'ai même déjà visitée, ami. Mais si j'emprunte ces voies vers ton monde uniquement pour m'unir à toi, tu ne trouverais en moi qu'une femme comme mille autres de ton ère. J'appartiens à Avalon, Alalme. Je n'appartiens à aucun homme dans cette vie-ci et n'appartiendrai à aucun homme non plus dans cette vie-là.

Oh... Je suis une femme, oui, avant d'être une prêtresse, une mère, une soeur ou une amie, même. Mais tu connais mon histoire. Tu connais mes pouvoirs. Désormais, de par le monde, on raconte ce que j'ai fait subir aux chevaliers infidèles. Aux prisonniers du Val sans retour. Je pourrais te faire prisonnier Alalme, crains-moi. Comme je me crains.

Et ne crois en rien de mes vers, qui sont parfois porteurs du venin du serpent.

Les Dieux veillent sur nous.

Blessed be

Morgane
         
         

Alalme

      Fée Morgane,

Comment pourrais-je avoir peur de toi? Souviens-toi je ne suis qu'à moitié homme.

Quant aux sorcières, on leur donne le sens qu'on veut bien leur donner, chez les Elfes elles n'ont pas la même connotation que chez les humains, qui dans leur ignorance les ont exterminées juste parce qu'ils avaient peur de ce qu'ils ne connaissaient pas.

Alors non, Fée Morgane, je n'ai pas peur de toi, je te crains voilà tout, je crains ton pouvoir, mais à moins que tu n'aies que de noirs desseins pourquoi aurais-je peur de toi, moi dont les pensées ne sont que pierre pure et eaux limpides?

Fée Morgane, comment pourrait-on imaginer s'unir à toi sans s'unir par l'esprit, l'offrande à la terre ne peut se faire que par le feu et l'eau.

C'est hélas la plus grande faiblesse de cette humanité défaillante qui n'a toujours pas appris les leçons de l'Histoire.

Sache que je ne suis pas chrétien, et qu'Iiuvatar, l'unique, l'incréé, le créateur de toutes choses, est celui que je prie puisqu'il est créateur des Elfes ou, à l'origine, des Valars de Valinor et des Hommes, et que pour moi la croisées des chemins est ce lieu où tout fini par se rencontrer.

Je ne me reconnais pas dans cette humanité qui bafoue la Terre-Mère, nourricière et protectrice, et chaque soir j'implore à la lune, Iliuvatar, l'esprit des airs et du vent, l'esprit des forêts et des plaines, l'esprit des eaux et de la lune.

J'y ai rajouté une pensée à la Fée Morgane, qui doucement s'est insinuée dans mon esprit.

Fée Morgane, que les étoiles éclairent ta route, et que les esprits de Valinor veillent sur toi; je te fais ma soeur un triple baiser elfique.

Alalme mi-Elfe, mi-Homme
         
         

Morgane

      Alalme, mon ami,

Ma réponse s'est peut-être fait attendre, j'en suis désolée. Les Saxons ont attaqué nos terres par le Nord et j'ai dû me rendre sur place, avec Viviane et Merlin, pour apporter aide et réconfort aux vaillants combattants, amis de mon frère. Nous avons perdu plusieurs hommes et je reviens chez moi avec des visions d'horreur qui me terrifient toujours la nuit.

Voici deux lunes que nous sommes de retour en Terre Sacrée. Je ne sais pas quand je serai prête à revenir en Terre des Hommes. Ces derniers me terrifient chaque jour un peu plus.

Je pense à Mordret. J'espère qu'il ne prépare pas notre coup de grâce. Je crains pour notre peuple.

Tu vois, Alalme, combien il m'est difficile d'entretenir des amours avec quiconque? Ma présence est requise en tous temps au service des voeux des Dieux... Et il semble que, chaque fois que je tente un rapprochement avec un gentilhomme, tel que toi, Alalme mi-homme, mi-elfe, un malheur au pays me renvoie à mes obligations. J'appartiens à Avalon. Je ne suis qu'un instrument au service de Gaïa.

Ce soir, lorsque je monterai au sommet du Tor invoquer la Déesse pour ma paix intérieure, j'aurai une pensée aussi pour toi.

Morgane, qui ne saurait être tienne.
         
         

Alalme

      Très chère Morgane,

Désolé pour ces visions de guerre et de destruction, je ne doute pas que les vaillants guerriers morts au combat soient maintenant passés sur les blancs rivages. Le monde des hommes est aussi cruel que tu peux le voir et l'imaginer, et nous Elfes de Valinor avons fait alliance avec lui pour le ramener à la raison. C'est un travail de longue haleine qui n'appelle pas au repos.

Alalmé, mi-Elfe mi-Homme, est le fruit de cette alliance, guerrier et poète. Je ne baisserai l'épée que lorsque les forces obscures seront terrassées, ne laissant à leur place que paix et harmonie.

Alors je pourrai retourner sur le vaisseau des Valars qui me ramènera vers Valinor, pays de mes ancêtres.

Mais sache et transmets ce message aux sages et valeureux combattant d'Arthur ton frère que le peuple Elfe offre son aide s'il la demande.

Je sais bien que jamais tu ne seras mienne, nos mondes sont si différents, bien que n'appartenant ni l'un ni l'autre à celui des Humains, le mien lui accorde pourtant un peu de sa magie et multiples alliances dans sa lutte sans merci.

Fée Morgane, salue pour moi le peuple d'Avalon et en regardant les étoiles souviens-toi qu'Alalmé leur demande qu'elles éclairent ta route.

Alalmé mi-Elfe mi-Homme Guerrier et Poète.
         
         

Morgane

      Alalme, mon tendre ami...

Il est bon de t'avoir ici, près de moi, près de mon peuple, bien que loin dans ton Univers. Serait-il possible que cette terre d'hommes, hébergeant nos incarnations depuis l'arrivée de nos ancêtres, soit un jour purifiée par les descendants de leur lumière? Chaque jour, nous perdons des hommes, semble-t-il... J'ai parfois envie moi-même d'abandonner, Alalme. Je me sens parfois si triste...

Mais je trouve mon réconfort, mon tendre ami, lorsque tu me dis que d'où tu m'écris subsiste toujours de vaillants combattants! Preux guerrier et doux poète, comment ne pas laisser mon coeur s'attendrir lorsque je te lis, lorsque je te sens si plein d'assurance! Aregonde m'a lu ta lettre et, les yeux fermés, je t'ai imaginé... Beau et fier. Porteur d'espoir et de tant d'amour. Ton peuple est notre avenir et tu es le mien de plusieurs manières puisque tu m'apportes une immense joie en tant que femme, et puisque tu m'apportes aussi la paix d'esprit nécessaire à ces espoirs que j'aime à nourrir en ce qui concerne l'avenir de mon peuple et de Gaïa.

Je connais le monde des Elfes pour avoir séjourné quelquefois parmi vous... Des fois même malgré moi, en fait... Mais jamais il ne m'était arrivé de créer un contact d'aussi près avec l'un d'entre vous... Raconte-moi, Alalme... Raconte-moi qui tu es et d'où tu viens.

Merlin connaît les chemins invisibles du temps et mon frère vous salue, toi et tes hommes.

Chacun de tes pas est béni.

Morgane
         
         

Alalme

      Morgane, fée vénérée,

Surtout ne baisse pas les bras n'abandonne pas, car point déjà dans l'horizon du temps, cette frange d'or qui telle la lumière pure des étoiles, va se répandre sur nos mondes.

Je suis Alalmé fils de Yavie, ma mère, Elfe, et de Samané, mon père, de la terre des Hommes. Mon nom Alalmé est celui de l'arbre sacré des Elfes, qui est un Orme. Je suis un Elfe sylvestre, les forêts sont mon domaine, la nuit ma protection et les étoiles mes amies.

J'ai autrefois mené une troupe nombreuse, mais le temps et les combats n'ont épargné que moi, aujourd'hui je suis seul, loin des miens, me joignant parfois ici ou là à d'autres combattants habités par la lumière et dont la quête est similaire à la mienne.

Oui, il existe encore de vaillants guerriers, chez les Elfes mais aussi chez les hommes, ils n'aspirent point au repos, opiniâtres mais sans haine, toujours prêts à l'ultime sacrifice pour l'amour du monde, et lorsque l'obscure tente de les envelopper, ce sont nos traits d'arcs et la pointe de nos épées qui leur apporte la réponse.

Fée Morgane, oui, je suis plus près de toi que tu ne l'imagines, car je peux te sentir par tes mots et par l'étoile la plus brillante du soir, je puis entendre les battements de ton coeur plus rapide lorsqu'il t'arrive de penser à moi, comme le mien lorsque j'attends qu'un de tes messagers me livre ta missive.

Garde l'espoir comme j'en suis le porteur, il ne faut pas désespérer, juste écouter ton coeur.

Dame d'Avalon, mon épée est à ton service, et puisqu'au combat nulle peur ne m'habite alors aucune crainte ne doit venir te troubler.

Douce Morgane, que les rayons de la lune viennent déposer sur toi mille perles précieuses, que la lumière des étoiles guide tes pas et les conduise à moi, par tes mots par tes mains ou par tes pensées.

Alalmé mi Elfe mi Homme Guerrier et Poète.
         
         

Morgane

      Toi, qui gardes ton épée au service de ma chair et ta poésie pour les douceurs de mon âme,

Salut,

Mon ami, ton peuple est grand et tu en es un digne descendant. Tu peux faire tiens mes mots, mes mains et mes pensées. Beltane est encore loin, plus que nous le sommes toi et moi.

La lune a déposé sur moi les joyaux que tu m'as envoyés. Tu me combles, doux, doux, Alalme.

Morgane
         
         

Alalme

      Très chère Fée Morgane,

Je reçois en ce jour ton messager qui m'a remis de tes nouvelles. Je rentre à peine des marches de mes terres et étrangement j'ai rêvé de toi, de ta longue et brune chevelure de soie, de ton visage au regard perçant et inquisiteur.

J'aurais voulu prolonger le rêve, mais, avant l'aube, j'ai dû mener une troupe en toute sécurité à travers une profonde forêt. La garde de mon épée frôle toujours ma main, prête à jaillir à la moindre alerte, sa lame affûtée taillerait quiconque oserait te manquer de respect.

Fée Morgane, j'ai parlé à mon peuple du courageux Arthur et de ses valeureux guerriers, je lui ai narré les exploits des chevaliers, fidèles et loyaux au porteur d'Excalibur. Mais je leur ai surtout raconté cette femme hors du monde des hommes et hors de notre monde qui vit en ce lieu interdit que l'on nomme Avalon, je leur ai raconté comment ses mots donnent l'image étincelante de sa beauté.

Alors le conseil des sages, en hommage à toi, chère fée Morgane, a donné à une étoile le nom de «Dame dorée d'Avalon».

Morgane, je mets un genou en terre devant toi et te salue.

Que la lumière des étoiles guide ta route et mène à toi mes pas...

Alalmé, mi-elfe, mi-homme guerrier et poète.
         
         

Morgane

      Alalme, doux poète et fier guerrier,

Si l'hiver avait étendu sur moi son froid manteau, tu l'eusses, j'en suis certaine, pourfendu jusqu'à trouver en moi un antre accueillant où déposer ta chaleur... Si tu n'entends point mes mots lorsque tu portes une oreille aux échos que je t'envoie, c'est que tu n'écoutes que ce vent glacial, mon bienveillant! Ces mots nés de mes beaux sentiments, Alalme, maître charmant, c'est en toi et tout doucement qu'ils aiment se glisser et se hisser lentement jusqu'à ton coeur! C'est lui qui entend le mieux, tendre ami. Et c'est à lui que j'aime confier mon trouble lorsque je suis, bien que fort loin, en ta sublime présence.

Alalme, pour toi, je ne suis jamais vraiment dans mon Île, dans mon château ou dans ma maison... Je suis avec toi, près de toi, en toi. C'est toi qui me protèges des rigueurs de l'hiver.

J'encourage ton légitime combat, me fais gardienne de ta puissance et compagne de ta destinée, quelle qu'elle soit. En tous temps et en toutes lieues, noble champion, je suis avec toi et te suis reconnaissante de ta protection.

Mon rang rejoint le tien, Alalme. Ton genou par terre mérite un baiser tendre, long et fort sur ton front.

Ma route est claire, mon ami, et je t'y vois.

Morgane
         
         

Alalme

      Les feux de Belthane (suite)

Fée Morgane,

L'hiver aurait-il étendu sur toi son manteau de sombre et de froid?

Le vent qui souffle ne me rapporte plus tes mots enchanteurs et envoûtants, le givre de l'air ne reflète plus ta lumière.

Te serais-tu réfugiée dans ton île? Avalon te protége donc des rigueurs de l'hiver.

Moi, Alalme, le combat contre l'obscur, car il n'y a pas de repos tant que la terre des hommes ne retrouvera pas la sérénité, alors seulement je pourrais m'en retourner vers les terres immortelles de Valinor.

Fée Morgane, chaque jour je guette l'arrivée de ton porteur de message, il n'arrive pourtant pas, mais il faut garder l'espoir, car tant qu'il existe en nous, tout est encore permis.

Fée Morgane, je mets devant toi un genou en terre et te transmets du peuple Elfique, le respect dû à ton rang.

Que la lumière des étoiles éclaire ta route, que les rayons de lune te portent la chaleur, et qu'Illuvatar l'Unique l'Incréé te protége.

Alalme, mi-Elfe , mi-Homme, Guerrier et Poète.
         
         

Morgane

      Ah! Alalme! Mon ami!

Ah! Je ris de te lire! Ça fait tant de bien d'avoir de tes nouvelles!

Mais bien sûr, mon cher Alalme que j'ai veillé sur ton sommeil. J'ai bien eu quelques gentilles pensées pour toi. Là, de mon Ile. J'ai aussi visité mon frère à Camelot pour les célébrations de Yule. Arthur était souffrant et nous avons bien ri de le voir si mal en point. Mon grand gamin de frère est très drôle lorsqu'il est malade! Il hennit et geint comme un mulet et aboie et pleure comme un chien! Nous l'avons d'ailleurs très bien imité durant les vacances, les cuisinières et moi, alors que nous lui préparions sa soupe! Les hommes sont drôles lorsqu'ils sont malades. Nous serions mortes de rire de vous voir en couches, juste à y penser, mon ami, j'ai mal de rire avec Aregonde!

Désolée pour cet écart... Le vin, je crois.

Oh... Gaïa se révolte-t-elle donc violemment, chez toi? Est-elle nourrie par quelques haines? Manque-t-elle d'une attention quelconque?

Ainsi que nous l'avons fait pour Arthur alors qu'il dépérissait de perdre les pouvoirs d'Avalon, peut-être devriez-vous soigner avec amour et infinie attention les blessures de notre Terre qui pourrissent et la font souffrir, fussent-elles physiques ou intérieures? Hummm... Cela m'est de mauvais augure, mon frère. Prenez grand soin de vous et de vos proches, et continuez d'assurer la survie de nos peuples qui saura défendre les intérêts de Gaïa.

Espère en moi, Alalme, je suis là.

Morgane
         
         

Alalme

      Fée Morgane,

Je me réveille à peine d'un long sommeil dans lequel m'a plongé l'esprit de la forêt, j'ouvre à peine les yeux et mon esprit crie ton nom, Morgane, Morgane où es-tu princesse des fées?

Combien de lunes ai-je passé loin des combats nécessaires de ce monde, combien des miens sont retournés à Valinor?

J'entends, porté par le vent, le bruit des lames qui s'entrechoquent, le cri des hommes aux chairs déchirées, et moi j'ai dormi.

Fée Morgane, as-tu veillé sur mon sommeil, pour que mes rêves soient hantés de ta présence, es-tu restée sur ton île au doux nom d'Avalon?

Doucement je me réveille au pied de cet Orme sacré dont je porte le nom, et ma première pensée est pour toi, chère fée.

La terre des hommes s'est révoltée, emportant avec elle sa funèbre moisson, alors à la lumière de la lune je prierai Illuvatar pour les milliers d'âmes qui se sont envolées.

Fée Morgane, pardonne-moi ce silence involontaire qui fut le mien, mon bras reprend de la vigueur à la pensée de toi, mon épée retrouve son tranchant pour se faire protectrice de toi, si besoin est.

Chère Morgane, lumière et espérance des hommes, permet qu'Alalme mi-Elfe mi-Homme, Guerrier et Poète, espère aussi en toi.

Que la lumière des étoiles illumine le chemin qui te mènera à moi, que le halo de la lune d'hiver dépose sur mes pas la précieuse rosée qui me montrera la route jusqu'à toi.

Alalme mi-Elfe mi-Homme, Guerrier