Fée ou sorcière?
       

       
         
         

Gina

      Dame Morgane,

J'ai relu coup sur coup la série des Dames du lac de Marion Zimmer Bradley, où tu apparais comme la fée que l'on connaît, avec tes erreurs comme tes instants de gloire, et tu clos cette fantastique légende par une humilité et une sérénité hors du commun, en faisant la paix avec les hommes.

Tu m'es très chère dans cette histoire, belle, courageuse, aimante, libre et fidèle à ta foi et à tes croyances.

Toutefois, tu sembles varier selon celui qui conte ton histoire.

Ainsi, dans le Cycle de pendragon de Stephen Lawhead, tu es l'effrayante, la cruelle, l'odieuse Morgian, la demi-soeur de la belle et pure princesse Atlante Charis, amante de Taliessin, père d'Arthur. Tu fais souffrir mille horreurs aux chevaliers du Graal et tu t'acharnes à détruire les humains par tes sortilèges maléfiques.

Alors qui es-tu? As-tu vraiment ce «côté obscur de la force»? Ou ne sont-ce qu'interprétations hasardeuses des bardes?

Bien à toi par-delà les siècles,

Gina

 

       
         

Morgane

      Noble Gina, bonjour,

Le cycle du Saint-Graal et les légendes arthuriennes qui en sont issues ont fait couler beaucoup díencre. Nos légendes sont là, originaires díon ne sait où et elles finiront comme elles sont nées... Oubliées, sans doute, faute de níavoir été remaniées et actualisées par de nouveaux brasseurs díidées...? Quíen sais-je? Notre existence est disponible à qui a eu, a, et aura envie díen créer une nouvelle épopée, une nouvelle version, une nouvelle peau. Le peuple celte est un peuple païen. Mon peuple est un peuple qui ne connaît son histoire que par les chansons des bardes et les écrits des mages de mon époque. Ce sont eux qui se sont octroyé la responsabilité de perpétuer les faits historiques de líère d'où je suis issue. Ces artistes, contrairement aux Romains et aux Grecs, níont jamais été contraints díêtre rationnels et exacts dans leur manière de décrire ce dont ils étaient témoins. Le monde réel et le monde des idées, pour mon peuple, ne sont pas disjoints. Ils síentremêlent en une danse sans fin, síopposent, se lovent, se fusionnent pour se quitter à nouveau et se rejoindre encore... Les questions que nos légendes soulèvent en font, je crois, toute leur beauté. Vois-nous comme tu le désires. Fais de notre monde, le tien, comme chacun le fait si bien en perpétuant notre histoire.

Tu vois où je veux en venir en ce qui me concerne? Les artistes - peu importe líépoque díoù ils sont issus - peuvent faire de moi ce quíils veulent. Leurs motivations à faire de moi une fée ou une sorcière leur appartiennent... Je ne peux que constater les résultats et me réjouir, peu importe le rôle quíils míaccordent, díêtre devenue une muse aussi puissante.

Tu me demandes si jíai ce «côté obscur de la force»? À cela je réponds, chère amie que je suis une femme. Tout comme toi, je possède un côté qui est aussi obscur que líautre est lumineux. Aux autres díy voir ce quíils veulent, à toi d'y voir ce que tu veux.

Quíil en soit ainsi.

Blessed be
Morgane, dite la Fée