Héloïse
écrit à

   


Marquise de Montespan

     
   

Votre disgrâce

   

Madame, pardonnez-moi, car je sais la peine que je vais vous faire. Il est si difficile de parler du passé qui a pu nous conduire vers un autre destin. Ne pensez-vous pas que la mort de Mademoiselle de Fontanges a servi l'intérêt d'une autre, qui avait tout à gagner de vous voir accuser. Cette personne que la reine sembla lui prêter de bon conseil à sa majesté. Comme cette peur qu'il avait de se faire empoisonner par vous. On dit qu'il avait même peur des parfums que vous portiez.


Madame,

Votre missive me rend perplexe, car je ne vois pas où vous souhaitez en venir. Merci d'être plus précise.

Au plaisir,

Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart