Kristina
écrit à

   


Marquise de Montespan

     
   

Vos robes

    Très chère marquise,

Comment allez-vous depuis nos dernières lettres? Personnellement, je vais bien.

J'aimerais que vous me parliez des toilettes que vous portiez à la cour et aux bals, en particulier vos robes. Comment étaient-elles? Quels étaient vos goûts?

Je vous embrasse,

Kristina

Chère Kristina,
 
Je suis ravie de recevoir de vos nouvelles et d'apprendre que vous vous portez bien. Je me porte moy aussy fort bien mesme si je me fais beaucoup de souci en ce moment pour mon petit-fils, le duc d'Aumale. Bien que je ne l'aye jamais rencontré, j'ay su que cet enfant n'avait point une bonne santé et donnait des signes d'inquiétude et ce n'est point sa mère, la duchesse du Maine, qui s'en préoccupe. J'espère une guérison rapide.
 
Votre lettre me replonge à une espoque de fastes, ma chère Kristina. J'ay porté de nombreuses toilettes toutes plus belles et luxueuses les unes que les autres, sans grande préférence sur leur couleur. J'avois néanmoins un goût certain pour les robes rebrodées de fils d'or. Cela me rappelle la magnifique toilette que monsieur Langlée avoit conçue pour moy, couleur or et rebrodée d'or. Une merveille qui avoit fait bien des envieuses! Tout cela est bien loin ausjourd'hui.
 
Je vous embrasse, chère amie,

Athénaïs

Chère marquise,
 
J'espère que votre petit-fils se rétablira vite. Quel âge a-t-il?
 
Je suis certaine que vos robes devaient être magnifiques. Aimez-vous les éventails?
 
Je vous embrasse,

Kristina

Chère Kristina,
 
Sous le poids des robes, qui parfois font étouffer, les dames sont bien heureuses de posséder un éventail! J'en ay moi-mesme quelques-uns qui peuvent s'avérer fort utiles!
 
Concernant le petit duc d'Aumale, il est né le 31 mars -comme son père!- de l'année 1704. Depuis ma dernière lettre, mon petit-fils s'est rétabli, ce qui m'a procuré une grande joie.
 
Bien à vous, très chère,

Athénaïs de Montespan