Retour en page d'accueil de
          Dialogus

 Loïc Rodrigues
écrit à

Jacques Mesrine


Raison de vos agissements


   

Cassis,
le 13/03/11

Monsieur Mesrine,

Je suis en classe de 4è dans le collège de la Sainte-Trinité et, dans le cadre d'un projet scolaire, je me dois de vous écrire une lettre portant mes interrogations à votre sujet.

Avez-vous, dans votre jeunesse, subi un quelconque traumatisme pour que vous agissiez de la sorte? Un bon nombre de gens vous ont déjà posé des questions sur les causes de vos agissements, mais jamais sans plus de précisions : ma question demande une réponse précise car si vous avez subi un quelconque traumatisme, je vous prie de faire part de plus de détails dans votre réponse.

Je vous prie d'agréer, monsieur Mesrine, l'expression des mes salutations distinguées.

Cordialement,

Loïc


Paris, 1er novembre 1979

Loïc,

Eh bien, j'avoue que ce type de lettre n'est pas sans alimenter mon ego! Ainsi donc, dans quelques décennies, Mesrine, L'Ennemi Public Numéro 1, peut être cité dans l'Éducation Nationale, et ce dans le cadre d'un projet scolaire! C'est qu'il a dû s'en passer de drôles de trucs du côté de l'État pour en arriver là, non?

Un traumatisme durant mon existence ayant motivé mes choix de vie? Sans doute! Vous savez, faut pas se leurrer, on a tous des traumatismes plus ou moins prononcés! On a tous sa névrose! On a tous des failles quelque part qui se guérissent plus ou moins bien. Je ne me suis jamais réellement posé la question inconsciente de mes agissements. Suis-je seulement capable d'en trouver une, réponse? La seule chose que je puisse dire avec certitude, c'est que mon style de vie, mes actions, visent surtout à dire et faire tout haut ce que beaucoup pensent tout bas! C'est dingue! Voyez-vous, vous discutez avec un type et, en creusant un peu, il va vous dire «Ah, si j'avais osé, j'aurais fait ceci, j'aurais fait cela!» Mais bordel! Pourquoi y a-t-il en l'homme cette nature de légumes à se contenter de vivre avec des «si»?

Ma vie? Hum!... Sûr, je n'ai jamais voulu qu'elle soit rythmée par le tic-tac d'un réveil se mettant en branle à cinq heures du mat'! Et ça, c'est la base de tout! Quand le type de la rue aura compris que c'est bien beau d'avoir des rêves, mais que c'est encore mieux de se donner les moyens de les réaliser, alors, il aura compris beaucoup de choses!

Cordialement,

Jacques MESRINEc



************************Fin de
        page************************