Retour en page d'accueil de
          Dialogus

Ronaldo
écrit à

Jacques Mesrine


Ennemi public n° 1


   

Monsieur Mesrine,

J'ai l'honneur de m'adresser à vous grâce aux innovations technologiques d'aujourd'hui. J'aimerais vous poser quelques questions. Ça ne vous fait rien d'avoir tué des hommes, même si c'était mérité?

De votre temps, vous considérez-vous comme l'ennemi public numéro un? Si vous voulez mon avis, je pense que non. Cela m'intéresse d'avoir votre avis sur cette question car je pense que votre avis est en adéquation avec le mien, auquel cas, j'aurais la mentalité d'un ennemi public numéro un.

J'ai beaucoup d'admiration pour toutes vos fuites face à la justice. Une question me taraude, cependant: aviez-vous un plan B pour toutes vos fuites ou emprisonnements?
           
Merci de bien vouloir me répondre,

Ronaldo


Bonjour Ronaldo,

Pour être tout à fait honnête, je n’ai jamais pris de plaisir quelconque à tuer qui que ce soit. Si j’en suis arrivé là, c’est tout simplement par nécessité absolue. Il faut bien avoir conscience, bien avoir à l’esprit que le monde du banditisme n’engendre que très rarement des échanges de tendresse et autres douceurs. Évoluer dans le monde du banditisme, c’est avoir constamment à l’esprit que l’épilogue de l’histoire est écrit à l’avance, identique en son fond, différent dans sa forme. Tirer le premier, et ne pas manquer sa cible, c’est se donner du sursis. Voyez-vous, je n’ai jamais utilisé mon arme gratuitement. Appuyer sur la gâchette a toujours été justifié par une raison évidente. Celle de ne pas me retrouver tout de suite entre quatre planches. Faut pas se leurrer! Je suis bien conscient que tôt ou tard, ils finiront par m’avoir. C’est inéluctable, et écrit depuis le début.

Quant à ce titre d’Ennemi Public Numéro 1, certes, ça m’a amusé les premiers temps, mais maintenant, ça me fatigue, ça m’épuise. Vous dites en avoir la mentalité! Tant mieux pour vous. Et à vrai dire, je préfère lire cela que les élucubrations d’autres mal-montés en manque de sensations fortes se réclamant comme Ennemi Public Numéro 1 comme on se réclame tel ou tel sportif de haut niveau. Vous me comprenez?

Bien à vous,

Jacques Mesrine

************************Fin de
        page************************