Retour en page d'accueil de
          Dialogus

Courteix
écrit à

Jacques Mesrine


Braquages en continu


   

Bonjour à vous monsieur Mesrine,

Pourquoi, alors que vous étiez recherché aux quatre coins de la France pour vos braquages et vos meurtres, au lieu de rester caché ou de partir à l'autre bout du monde, vous avez continué vos braquages?

Merci d'avance pour votre réponse.

Cordialement,

Courteix


Paris, 1er novembre 1979

Bonjour Thibault,

Pourquoi est-ce qu'un homme courtise toujours une femme lui refusant ses avances? Pourquoi est-ce qu'un scientifique réitère encore et toujours la même expérience alors que celle-ci est un échec à chaque fois?

Tout simplement parce qu'ils ont ça dans la peau! Braquer, je n'ai pas dit tuer, fait partie de mes occupations. Être marginal, contredire l'éthique sociale, ne pas se fondre dans la masse comme un mouton de Panurge, telle est ma nature.

Je pense que la vraie question est: pourquoi suis-je resté majoritairement à Paris alors qu'effectivement les polices du monde entier étaient à mes trousses? Voyez-vous, Thibault, j'ai vite compris qu'en étant au cœur du lieu, il était plus facile de passer inaperçu qu'en cavalant ici et là. De même, en adoptant, par mes grimages, la tête de Monsieur-tout-le-monde, se fondre dans l'anonymat est bien plus aisé que de fuir.

Cordialement,

Jacques MESRINE

************************Fin de
        page************************