Retour en page d'accueil de
          Dialogus

 MB
écrit à

Lilith

Questions de féminisme et de shampoing


   

Bonjour Lilith,

Je suis désolée de vous déranger dans votre havre de paix, mais je me suis renseignée sur vous et quelque chose me perturbe à propos de votre histoire.
 
À vrai dire, je n’avais jamais entendu parler de vous jusqu’à maintenant, sans vous offenser bien sûr. Je ne connaissais que la femme qui est désormais avec votre très cher Adam, et je suis sûre que ce n’est pas la première fois qu’on vous le reproche. Comme c’est navrant de voir que vous avez été rejetée par son amour et que presque personne n'en est reconnaissant!

Sinon, on vous critique parce que vous avez eu des relations avec le démon et que vous ne vouliez pas suivre les ordres d’Adam; et c’est là, Lilith, où je vous admire le plus. On vous traite de « femme de la nuit », juste parce que vous avez fait une erreur. Je trouve ça absurde; tout le monde fait des erreurs ! De plus, le fait que vous ayez choisi d’être indépendante, et de ne pas suivre les ordres d’Adam, m’inspire.

Donc puis-je savoir comment vous vivez votre vie, sachant que vous avez été oubliée par celui que vous avez jadis aimé?  Et comment restez-vous calme, sachant qu’en entendant votre prénom, on ne dit que de mauvaises choses? Si j’étais vous, je ne pourrais pas supporter tout ça, mais évidemment vous êtes une femme d’audace et de courage!

Bref: aujourd’hui, les femmes ont beaucoup plus de liberté: je pense qu’au fond vous nous avez toutes influencées.

Au revoir!

M.B. du lycée Rochambeau

P. -S. : Vous utilisez quoi comme shampooing? Vos cheveux sont magnifiques!


Chère MB,

Je n'ai en réalité aucune raison d'être triste ou en colère. J'ai choisi ma séparation et je ne regrette pas un homme qui ne me considérait pas pour ce que j'étais vraiment. Je n'envie pas non plus sa seconde compagne; j'aurais détesté avoir son existence. J'ai l'indépendance, la beauté, l'éternité. N'est-ce pas suffisant?

Les ignorants peuvent me calomnier, me méconnaître, me donner tous les noms que leur pauvre imagination conçoit. Si j'en avais le temps je les plaindrais un instant car leur existence toute entière n'aura jamais l'éclat de l'une de mes heures.

Quant à ma chevelure, elle ne doit rien à un shampooing, jeune fille. La beauté est là où ton regard veut bien la voir.

LiLiTH  

************************Fin de
        page************************