Retour en page d'accueil de Dialogus

Triskel29
écrit à

Inspecteur Javert


Avez-vous du cœur?


   

Inspecteur,

Permettez-vous que je vous appelle Monsieur Javert? Cette appellation vous scinde-t-elle de votre fonction?

J'ai toujours été intriguée par votre côté obscur. Je dois bientôt présenter votre parcours à mes élèves et j'hésite encore à vous défendre.

Avez-vous du cœur? Je pense terminer votre portrait par, bien sûr, ce célèbre épisode de la tempête dans votre crâne. Devoir la vie à un misérable, est-ce si honteux? Cela vous résout-il vraiment au suicide?

Bref, vous comprendrez que ces quelques lignes me permettent de tester votre réactivité et votre capacité à m'éclairer pour faire de vous un portrait fiable et peut-être plus intime qu'en parcourant un simple manuel.

Bien cordialement.


Professeur,

Pardonnez-moi, d'abord, du retard de ma réponse. Comme vous pouvez le deviner, le travail d'inspecteur dans une ville telle que Paris me laisse peu de temps pour m'occuper de la correspondance - chose qui presse moins que le crime.

J'ai peur de ne pas bien comprendre ce que vous voulez dire en parlant de «tempête dans mon crâne» ou de «suicide». Je serai indulgent en évitant d'en prendre offense; je suis sûr, je crois, être encore vivant et en pleine possession de mes capacités mentales. J'apprécie votre intérêt. Si vous voulez me poser des questions ou éclaircir votre première lettre, je ferai en sorte de répondre au plus vite tout en continuant mon éprouvant, mais indispensable, travail.

Javert, inspecteur de première classe

************************Fin de page************************