Le saut
       

       
         
         

Philippe

      Bonjour Monsieur Heidegger;

Vous me feriez vraiment un grand honneur si vous aviez la gentillesse de répondre à cette question;

Dans le Mythe de Sysiphe, Albert Camus vous "accuse" d'avoir fait le fameux "saut", ce saut vers la transcendance, vers l'infini. Selon lui, c'est la démission de la raison et il se dit déçu car vous n'avez pu lui donner les réponses qu'il cherche tant et vous avez accepté de quitter le chemin du rationnel pour vous soulager, pour avoir la paix dans l'âme et pour satisfaire cet appétit d'absolu propre à chaque homme.

J'aimerais que vous réagissiez à cette critique de Monsieur Camus; a-t-il vu juste?

Merci beaucoup

 

       

 

       

Martin Heidegger

      Il cite donc une traduction - Laquelle?

Pour me critiquer, il a donc dû lire mes travaux - Il me cite? Et bien que l'on me donne les références, qu'on ne fasse pas du collage, de manière aussi peu sérieuse, avec mon travail.

Il n'y a rien de philosophique dans cet écrit qui n'entend rien à ma pensée, la rigueur n'y est pas de mise. Par contre, la frivolité et la pose s'y montrent de façon inconsidérée.

Une collection de malentendus et d'incompréhensions. M. Camus ne comprend pas ce que j'écris, il ne comprend que la "rumeur-Heidegger". De toute façon, la réception de mon travail en France à travers ces deux épigones que sont Marcel Camus et Jean-Paul Sartre n'est que l'histoire d'une incompétence. Et si vous voulez avoir accès à la philosophie je vous conseille vivement d'arrêter de les lire.

Vous m'excuserez de ce ton agacé, mais vous m'offensez un peu en croyant qu'il y a dans le travail de M. Camus un quelconque rapport avec ce que j'ai appelé la tâche de la pensée.

Très cordialement,

M. Heidegger