Je. Absil
écrit à

   


Charles de Gaulle

     
   

Le monde aujourd'hui

    Quel est le regard que vous portez sur l'état du monde: Irak, Côte-d'Ivoire, États-Unis...

Mon général, vous manquez à la France.



Monsieur,

Votre lettre m'a fait plaisir. Je sais depuis longtemps que je vais manquer à la France, mais je ne pensais pas qu'on me l'écrirait un jour si franchement et directement. Mais encore, vous voyez, pour ceux qui le souhaitent et pour ceux qui y croient, je suis encore là.

Quant à mon regard, sur l'ensemble des sujets que vous évoquez, il est forcément désabusé. C'est que vous vivez une époque bien triste, où quelques fous ont acquis, grâce à bien plus d'abrutis, un pouvoir démesuré et illégitime. Vous savez bien que je vise... C'est qu'un seul pays, dont le peuple ne dépasse pas en taille la vingtième partie de l'humanité, prétend prendre en main, sans rien en comprendre, le monde et son destin. C'est d'autant plus inquiétant que cet impressionnant pays concentre plus de la moitié des capacités militaires de la planète, et que, ivre de puissance et d'arrogance, il n'écoute plus personne.

C'est sans doute pourquoi, tout compte fait, je manque davantage à l'Europe qu'à la seule France. Sur ce thème, je pourrais continuer à radoter pendant quelques heures, pages, volumes... Alors pour l'heure, je me contenterai de vous inviter à parcourir quelques-unes de mes correspondances précédentes, sur ce site, qui compléteront ma réponse à votre question, qui est particulièrement vaste.

N'hésitez pas toutefois à me revenir, peut-être, avec une interrogation plus précise.

Bien sincèrement à vous,
Charles de Gaulle