L'Algérie égorgée
       

       
         
         

Nathalie

      Très cher M. De Gaulle,

Comme vous dites être emprisonné en 1969, j'ai l'immense regret de vous annoncer que l'Algérie indépendante vivant en paix n'existe plus (a-t-elle jamais vraiment existé?).

En effet, j'ai appris cette nouvelle troublante non pas seulement par les médias occidentaux -qui souvent, je suis d'accord avec vous 5/5, déforment les faits en leur accordant seulement un petit deux minutes dérisoires pour tenter d'expliquer des événements aussi complexes que des guerres civiles- mais bien par des RÉFUGIÉS algériens venus par milliers au Québec pour fuir les massacres horribles perpétrés par les intégristes islamiques là-bas!

Dans les villages d'Algérie, des centaines d'hommes, de femmes et d'enfants sont égorgés ou immolés sur la place publique pour ensuite se faire mettre leur tête tranchée sur des pieux par les intégristes à l'effroyable manière de Vlad l'empaleur lui-même!

Quand les gens refusent ou même ne font que démontrer peu d'empressement à obéir aveuglément aux bourreaux déchaînés de l'islamisme tortionnaire, soit ils se font massacrer sur-le-champs, soit ils doivent vivre tous les jours avec la menace de l'être à tout moment!

En effet, là-bas, la liberté de presse est devenue inexistante et de toute manière, depuis les événements certes terribles du 11 septembre 2001 où le monde entier a définitivement perdu cette innocence qu'elle avait retrouvée depuis la fin de la guerre du Vietnam, les médias ont quasiment cessé complètement de parler des massacres de la guerre civile algérienne, qui sont devenus guère plus importants que de banals faits divers!

Résultat, le monde entier se fout éperdument de cette insidieuse guerre civile, sauf les pays qui accordent l'asile politique aux ressortissants algériens qui se pressent à leur frontière, mais là aussi, ils se font souvent menacer tôt ou tard mais d'expulsion et d'extradition ou sont quelquefois traités comme des parias dans ces pays dits d'accueil, telle la FRANCE où les populations locales se sentent envahies (selon les dires de ces mêmes populations) par un trop grand nombre de réfugiés algériens pour ce qu'il peuvent tolérer!!!

Dites-moi, cher Monsieur de Gaulle, que pensez-vous de cette guerre interne que se livrent à eux-mêmes les Algériens? Comme ils sont indépendants politiquement depuis déjà longtemps, il semble que ce n'est plus le colonialisme qui est à incriminer! Quelle est donc, selon vous, qui êtes toujours un grand visionnaire, l'ultime solution à cette impasse? LA France, non plus en tant que puissance colonisatrice de l'Algérie mais en tant que grande puissance militaire extérieure, doit-elle tôt ou tard s'en mêler ou pas? Je m'adresse ici au Général de Gaulle: Devriez-vous prôner à vos anciens compatriotes pieds-noirs la Résistance à l'oppresseur islamique et si oui, de quelle manière cette Résistance devrait-elle s'organiser? Préconiseriez-vous l'implication plus ou moins directe de la diaspora algérienne?

Sur ces difficiles questions je vous laisse réfléchir comme vous savez si sagement le faire en toutes circonstances, même les plus périlleuses, Général de Gaulle. Pour ma part, je n'ai pas vu le temps passer dans le bonheur de m'entretenir avec vous et chez-nous, au Québec, il est très très tard... Bonne nuit, où plutôt bon matin à vous Général au grand coeur!

Nathalie la Québécoise