Grosse déception
       

       
         
         

Michelle Larouche

      Bonjour M. De Gaulle,

Votre fameux «Vive le Québec libre» m'avait fait sauter de joie, jusqu'à ce que je lise sur l'Algérie.

Malgré que vous ayez dit aux Algérois: «Français, je vous ai enfin compris», vous avez donné l'Algérie aux Arabes. J'espère que vous ne nierez pas que les troupes de Paris avaient ordre de tirer sur les Français. Pourquoi une telle trahison? Ces pauvres gens ont dû fuir leur pays et ceux qui ont été en France voyaient partout: «Les Algérois à l'eau»!... pour ne citer que ça! Pourquoi les avoir trahis de la sorte? Votre célèbre phrase, dite du haut du balcon de l'Hôtel de ville, perd de son importance à mes yeux. Comment souhaiter la liberté d'un peuple et trahir de la sorte le sien?

Michelle

 

       

 

       

Charles de Gaulle

      Mais ma pauvre dame!

Je ne comprends rien à votre lettre! Elle est bien trop confuse! Êtes-vous bien renseignée sur l'émancipation algérienne, ou ne réagissez-vous qu'à une bêtise que vous auriez entendue, comme il en traîne tant, sur le général de Gaulle?

Je répondrai bien volontiers à ce qui vous tracasse, si toutefois vous avez la bonté de me préciser votre question. D'abord, la phrase précise que vous évoquez était: «Je vous ai compris». Je n'ai pas précisé «Français», car il était évident que je m'adressais aux habitants de cette partie de la France qu'était l'Algérie, et que prononcer ce mot aurait pu sembler exclure les Algériens de souche arabe.

Pour le reste, je ne crois pas avoir jamais trahi mon peuple. C'est absurde. Il faudra vraiment que vous précisiez, Madame, ce que vous me reprochez.

Sincèrement à vous,

Charles de Gaulle