Synthèse
       

       
         
         

Jacques Polyte

      Bonjour M. Freud,

Excusez-moi mais je n'ai pu encore étudier vos écrits. Pouvez-vous, néanmoins, si cela est possible, me résumer les éléments essentiels de ceux-ci.

Cordialement.
         
         

Sigmund Freud

      Chers Messieurs!*

Mon grand âge me permet certes d'avoir une meilleure vue d'ensemble de tout ce que j'ai pu accomplir, mais il m'impose aussi la fatigue du poids des années, qui ne me laisse pas de forces pour m'exprimer largement.

Je ne peux certainement pas, ni je ne veux, vous résumer toute mon oeuvre! Pensez-vous: des études sur l'hystérie à Moïse et la religion, en passant par L'Interprétation des rêves!! Je peux néanmoins vous rappeler les éléments essentiels de la psychanalyse: l'importance déterminante de la vie sexuelle, la reconnaissance de l'inconscient, la découverte du complexe d'Oedipe, du refoulement, du retour du refoulé et du transfert. Je les expose d'ailleurs dans ma "Contribution à l'histoire du mouvement psychanalytique". Vous pouvez bien faire l'effort de vous y reporter!

Je ne connais pas d'expérience le canabis. Je peux néanmoins vous exprimer mes regrets d'avoir induit un de mes amis dans l'usage de la cocaïne. La sexualité s'épanouit le mieux lorsqu'elle obéit aux buts de la reproduction, même si nous devons reconnaître l'importance de ses variations.

Quant au symbolisme, s'il est important de reconnaître leur caractère philogénétique, nous ne devons pas oublier leur caractère ontogénétique. Le langage s'apprend et se transmet, même si chacun en fait un usage individuel. Si j'ai écrit Les mots d'esprit et leur rapport à l'inconscient, c'était bien pour le montrer.

Je ne sais pas quoi vous dire des artistes. Votre paresse me surprend! J'ai écris sur la Gradiva, de Jensen; j'ai écrit sur Dostoïevsky; j'ai écrit sur Leonardo De Vinci et sur Michel-Ange. Un homme ne peut tout de même pas tout faire et ce n'est certainement pas dans mon état actuel que je m'y essaierais.

Je vous souhaite de la santé et de l'énergie, parallèlement à votre curiosité!

Vôtre,

Prof. Dr. Sigmund Freud

*Le docteur Freud étant quelque peu souffrant depuis quelques jours, il répond dans cette même lettre aux quatre dernières questions qui lui ont été posées. (S.D.)
         
         

Jacques Polyte

      Je vous remercie pour votre réponse, je pensais qu'après vos vacances vous auriez oublié de répondre à ma question.

Sans vouloir paraître insolent, votre réponse me déçoit un peu car même si je reconnais qu'il soit quelque peu difficile de résumer toute une oeuvre en quelques lignes, j'aurais apprécié plutôt qu'une énumération, la délivrance de l'idée forte de votre oeuvre, un peu comme les très bons profs qui en quelques mots arrivent à vous faire toucher du doigt et de l'esprit l'essence de leur art, car comme le souligne Boileau, ce qui se conçoit bien s'énonce clairement, et les mots pour le dire arrive aisément...

Mais vous avez sûrement raison, pour obtenir quelque chose, il faut se résoudre à faire l'effort nécessaire pour y parvenir.

Encore une fois veuillez m'excuser pour l'expression peut-être trop directe de ma pensée, synonyme peut-être de mon immaturité et de ma jeunesse, si ce n'est des deux.

Cordialement et longue vie à vous.

Jacques Polyte
         
         

Sigmund Freud

      Cher et jeune ami!

Comme ma bouche me fait moins mal aujourd'hui et comme j'ai reçu une caisse de nouveaux cigares, je peux me permettre de répondre à votre insolence apparente, qui cache un inassouvissement permanent.

D'une part, je vous ai exprimé l'essence de ma pensée. D'autre part, la vie vous apprendra peu à peu à vous habituer à l'insatisfaction.

Bon courage, quand même. Et, pourquoi pas une bonne analyse? C'est en fumant qu'on apprend à fumer...

Prof. S. Freud