Natacha
écrit à

   


Sigmund Freud

     
   

Les cheveux blonds

    Bonjour monsieur Freud,

Je me permets de vous écrire pour vous poser une question de la plus grande importance pour moi. Voilà, il se trouve que par les effets de la méiose, je me suis trouvée affublée à la naissance de cheveux blonds. Depuis que je suis consciente de cet état capillaire, je m'entends raconter les pires blagues, je me fais railler quotidiennement à ce propos. Je me demandais si ces moqueurs avaient raison; en d'autres termes suis-je plus bête que les autres parce que je suis blonde?

Merci par avance de l'attention que vous porterez à ma question.

Natacha.



Chère Natacha,

Votre question me surprend quelque peu. Tout d'abord parce que votre explication concernant vos gènes me révèle que vous voulez me prouver que vous êtes intelligente et ensuite, vous me demandez si vous pouviez être plus bête que les autres à cause de la couleur de vos cheveux.

Que dois-je en conclure?

Mais, pour répondre à votre question, jamais je n'ai entendu que l'intelligence pouvait être déterminée par les cheveux. L'intelligence concerne certes le cerveau, mais de là à atteindre les racines capillaires. C'est une très belle image fantastique que l'on découvrirait facilement dans les nouveaux romans de science-fiction.

Je puis vous assurer qu'il n'en est rien. La couleur des cheveux est déterminée par les gènes et, comme vous devez le savoir, ceux-ci se trouvent dans le système cellulaire. Or, l'intelligence fait plutôt référence au système encéphalique. Bien qu'à l'heure où je vous parle, le cerveau n'ait pas encore révélé l'entièreté de son visage, nous ne retrouverons jamais de preuve d'intelligence dans un quelconque cheveu.

J'ai tenté d'être le plus clair possible, car je vous avouerais que même si je suis moi-même scientifique, je tente de fuir toutes les explications purement scientifiques qui décrivent tout sauf le principal.

Bien à vous.

S. Freud